Le Mauricien Dhaneswar Rajesh Gooroochurn devait se présenter en Cour de Sydney, Australie, hier, pour répondre de neuf charges de menaces de mort contre des membres de la force policière australienne et des témoins dans une affaire de drogue. Ce cas a fait la une de l’actualité depuis l’arrestation de l’inculpé en novembre 2009. Il pourrait faire face à une lourde peine au cas où il est trouvé coupable.
L’accusé se trouve en détention préventive car lors de sa dernière comparution en cour au mois de juin dernier, sa demande de remise en liberté avait été rejetée. Il misait sur son état dépressif pour tenter de convaincre le juge M. Adams de le libérer mais la poursuite, représentée par le sergent Vic Guillaumaier, y a objecté. Le Mauricien a été reconduit en cellule, au centre pénitencier de Longbay, Malabarn, Sydney.
Originaire de Cassis, Rajesh Gooroochurn est né le 28 septembre 1969. Il est le fils de Sookraj Gooroochurn, un habitant de la Route des Cassis, Bain-des-Dames, Port-Louis. Pendant un certain temps, il était très connu des milieux de la police.
Dans les années 90, Rajesh Gooroochurn était un ami du couple Premchandra et Anushka Mohun, dont le fils Bridge Mohun est le témoin vedette dans le cas présent. Ce dernier était un ami d’enfance de l’accusé et c’était sur son insistance que le témoin l’a rejoint en Australie.
Rajesh Gooroochurn a émigré pour l’Australie en 1996. Il y fera la rencontre de Vidushi, une employée de banque, qui allait devenir sa femme. Elle lui donnera un fils et une fille. Il se révélera toutefois être un mari violent, jusqu’à contraindre sa femme à quitter le toit conjugal et à demander le divorce.
Par ailleurs, les relations entre les deux amis d’enfance allaient vite changer avec les difficultés rencontrées par Bridge Mohun pour mener une vie normale en Australie. En outre, il y a également le fait que certaines transactions de l’accusé lui paraissaient douteuses, à un point tel qu’il finira par se rendre à la police. Après avoir procédé à une filature qui a duré un certain temps, celle-ci procéda à l’arrestation de Rajesh Gooroochurn. Il a alors été mis en présence de la somme de 5 900 de dollars australiens découverts chez lui, un permis de conduire avec la photo du suspect sous le nom de Pravin Sharma. 553 grammes de cocaïne ont également été saisis dans la voiture appartenant à R. Gooroochurn.
L’acte d’accusation instruit contre Dhaneshwar Rajesh Gooroochurn comprend notamment « Solliciter et encourager, persuader, s’efforcer de persuader et/ou proposer d’assassiner les membres de la famille Bridge Mohun dont sa femme et ses deux enfants, l’avoué Peter Carver, le témoin gênant Mario Bosquet, le prisonnier Mick Lewis, le senior détective Matthew Fowler et le Senior Détective Phillip Church ».
Le profil de l’accusé
C’est après ses déboires conjugaux que, semble-t-il, les choses ont commencé à mal tourner pour Rajesh Gooroochurn. Il a obligé sa femme à contracter des emprunts auprès de l’institution bancaire pour laquelle elle travaille mais sans pour autant être prêt à rembourser ses dettes. Rajesh Gooroochurn est aussi connu pour être un homme violent. Ayant été frappée à plusieurs reprises, sa femme décide de quitter le toit conjugal. Et selon les ordres de la cour, il ne voyait ses enfants qu’une fois la quinzaine.
Rajesh Gooroochurn commence alors à agir comme agent recruteur pour les étudiants mauriciens. Il fonde la compagnie Arthouse Pty Ltd qui se lie à l’Abbey College à Sydney. Les affaires marchent bien jusqu’à ce que Rajesh Gooroochurn commence à embobiner ses clients mauriciens, d’où son limogeage au mois de mars 2007 comme agent recruteur pour le Collège.
Rajesh Gooroochurn continue toutefois frauduleusement à recruter des étudiants mauriciens avec la promesse de l’obtention d’un permis de résidence au prix avoisinant Rs 300 000.
Il commencera à se tremper dans la distribution de drogue à compter de 2006 et représentera un groupe de la Mafia de Canberra à Sydney avec des ressortissants Pakistanais à la tête. Il embauchera des étudiants mauriciens pour ses forfaits et d’ailleurs un jeune du nom de Yashin sera sa main droite et son chauffeur. Il avait quelque cent points de distribution et l’argent coulait à flots. Il fera l’acquisition de voitures luxueuses et des maisons : il roule sur l’or. Il réside à 14 Merevale Place à Oakhurst une banlieue de l’Ouest de Sydney d’où il opérait.
Rajesh Gooroochurn était aussi le chef d’un réseau qui imprimait des cartes bancaires, des permis de conduire et des cartes d’assurance-maladie.
Rajesh Gooroochurn était détenteur de trois cartes d’identités pour ses transactions douteuses. Il était aussi connu comme Pravin Sharma et Rajiv Ravi. D’ailleurs, il a été démontré en cour que Rajesh Gooroochurn avait sa photo sur un permis de conduire portant le numéro 35433369, sous le nom de Pravin Sharma ayant pour date de naissance le 18 juillet 1969. Sur un autre permis (N° 13337921) comportant sa photo, le nom de Rajiv Ravi avec pour date de naissance le 28 septembre 1969, y était inscrit.
Il avait aussi un faux certificat de nationalité australienne sous le nom de Pravin Sharma en date du 25 juillet 2002, sans compter plusieurs cartes bancaires sous des noms fictifs.
Sa rencontre avec Bridge Mohun lui sera toutefois fatidique car il a eu affaire cette fois à plus malin que lui.
La déposition de Bridge Mohun, témoin principal dans cette affaire
Bridge Mohun (36 ans) habitait au 58 Route Cassis à Bain-des-Dames à Port-Louis. Il a connu Rajesh Gooroochurn alors qu’il avait cinq ans et allait souvent chez les parents du suspect. Ils n’étaient cependant pas amis vu la grande différence d’âge entre eux.
Après ses études, Bridge Mohun se joint à la force policière mauricienne, mais n’y restera pas longtemps. Il démissionne pour travailler avec son père, qui était marchand de friandises et fera de menus boulots comme mécanicien et chauffeur de poids lourds.
C’est en janvier 2007 que le Portlouisien revoit l’accusé à Cassis Road. Ils s’engagent alors dans une conversation. Rajesh Gooroochurn vante son succès dans son nouveau pays d’adoption et comme il est agent recruteur, il propose à Bridge Mohun de l’aider à émigrer en Australie, la vie étant dangereuse et difficile à Maurice.
Les premières discussions ont lieu deux jours plus tard. Bridge Mohun remet à Rajesh Gooroochurn des copies de son certificat de School Certificate, son permis de conduire et d’autres papiers en vue des  démarches pour son installation en Australie. Une somme initiale de $ 3 600 a été déposée sur le compte de l’agent recruteur au mois de février 2008.
N’ayant pas de nouvelles, le Portlouisien appelle Rajesh Gooroochurn en mars 2007. Ce dernier qui lui fait savoir qu’il n’était pas admissible à un permis de travail, mais qu’il fera le nécessaire pour lui obtenir un permis d’étudiant. Il lui a également expliqué qu’il lui faudrait débourser encore $ 6 000.
Après plusieurs démarches, Bridge Mohun obtient finalement ses papiers pour commencer ses cours au SCIT, un collège à Sydney. Un certain Ramloll vient le chercher à l’aéroport le 11 septembre 2007. Accompagné par sa femme et ses deux enfants, il débarque à Oakhurst chez Rajesh Gooroochurn, qui se fera passer pour un entrepreneur, agent recruteur pour l’Immigration et propriétaire d’usine de broderie de vêtements. Il l’informera aussi qu’il a beaucoup d’argent.
Rajesh Gooroochurn propose à Bridge Mohun de l’emploi comme chauffeur, mais qu’il devrait être à sa disposition 24 heures sur 24, ayant des usines à Marrickville et Seven Hills où travaillent des ouvriers chinois. Il accepte alors l’offre qui lui permet de recevoir un salaire de 100 dollars par jour et de payer un loyer de 100 dollars par semaine.
Bridge Mohun conduit son nouveau patron à bord d’une Toyota Camry à plusieurs endroits pour des visites éclair. Rajesh Gooroochurn retournait toujours à la voiture avec des sommes d’argent allant de 6 000 à 8 000 dollars.
Entre-temps, Bridge Mohun commence à suivre des cours en Business Management au SCIT deux fois la semaine. Toutefois, il ne touche aucun salaire et ne paie pas son loyer. En novembre 2007, Rajesh Gooroochurn suggère au Portlouisien d’acheter une maison, tout en lui proposant son aide pour un prêt bancaire. Voyant que les choses vont bien, il lui donne une somme de 16 000 dollars à titre de premier versement.
C’est alors que l’accusé montre à Bridge Mohun un permis de conduire portant le nom de Sharma, une carte bancaire de la National Bank et une carte d’assurance maladie. Le doute commençant à s’installer, le témoin décline l’offre d’utiliser ces cartes. Rajesh Gooroochurn fait alors part à Bridge Mohun de son insatisfaction. Il l’informe  qu’il sera déporté.
Ne voulant nullement rentrer à Maurice, le Portlouisien accepte de jouer le jeu. Il commence toutefois sa propre enquête et questionne Rajesh Gooroochurn sur le nombre de téléphones portables et de puces qu’il possède. Il verra d’ailleurs sur l’ordinateur de l’accusé plusieurs photos et fausses cartes d’identité.
En décembre 2007, Bridge Mohun a une conversation animée avec Rajesh Gooroochurn sur ses activités. Mais l’agent recruteur le menace de déportation. Après une autre confrontation le 24 décembre 2007, le témoin quitte le toit de Rajesh Gooroochurn avec sa famille pour loger dans un hôtel à Mt Druitt. Il aura vu de la cocaïne d’une valeur de 15 000 dollars. Il insiste aussi que Rajesh Gooroochurn lui rembourse son argent. Mais, celui-ci refuse.
C’est alors que Bridge Mohun prend son courage à deux mains et se présente au poste de police de Mt Druitt. Il y fait la connaissance du détective Matthew Fowler et donne une première indication des activités de l’agent recruteur.
Quelques mois plus tard, ayant eu vent que Rajesh Gooroochurn allait voir ses enfants au Shopping Centre de Parramatta, Bridge Mohun décide de se rendre sur les lieux. Comme l’agent recruteur refuse toujours de lui rembourser son dû, une bagarre éclate. À la suite de cet incident, le suspect dépose une motion d’ordonnance sur la violence appréhendée contre Bridge Mohun. Mais à l’appel de l’affaire en cour, Rajesh Gooroochurn ne se présentera pas. Le cas est alors rayé.
Par la suite, Bridge Mohun rencontre deux Mauriciens – Bhatoo et Ramloll – qui habitaient sous le même toit que Rajesh Gooroochurn et qui, comme lui, se sont fait arnaquer. Ces étudiants refusent cependant d’avoir affaire à la police par peur d’être déportés.
Avec l’aide de l’avoué Peter Carver, une plainte au civil est déposée. Rajesh Gooroochurn, alors en prison, refuse de se présenter. Le cas a été entendu. Le magistrat Schurr a tranché en faveur de Bridge Mohun le 22 juillet 2009. L’agent recruteur devra rembourser au plaignant 32 000 dollars.
L’avoué Peter Carver était aussi le représentant d’un autre Mauricien Mario Bosquet, qui s’est également fait arnaquer par la même personne. Bridge Mohun est actuellement sous protection policière à la suite de menaces de mort contre sa personne et sa famille.