Susan Coles, nouveau Haut-commissaire d’Australie à Maurice, a procédé au lancement du Women in uniform network récemment, en présence de la ministre de l’Égalité des genres, du développement de l’enfant et du Bien-être de la famille et des représentants des divers corps concernés. C’était en sa résidence, à Floréal. À cette occasion, qui marquait la célébration de la Journée internationale de la femme, elle a aussi présenté une publication du gouvernement australien intitulée Improving economic outcomes for women.
Susan Coles en était à sa toute première fonction officielle. Lors de son intervention, elle a indiqué que la mise en réseau des Mauriciennes portant l’uniforme a pour but de promouvoir leur place dans la société mauricienne. Ces femmes viennent des corps tels la force policière, les prisons, la douane, les services de pompiers et les infirmières, entre autres. Ce projet bénéficie du soutien de l’agent fédéral australien Tina Westra. Affectée au bureau des Nations unies à Maurice comme conseillère en matière de drogues et autres crimes liés aux affaires maritimes, celle-ci a une expérience internationale en ce qui concerne le réseautage des femmes en uniforme. Lors de cette cérémonie, elle a partagé son expérience avec les invités.
Susan Coles a souligné que le gouvernement australien s’est engagé à être au-devant de la scène internationale pour promouvoir l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes et des jeunes filles. À ce titre, un programme est mis en place pour sa réalisation dans différents pays.
Elle constate que « countries with more gender quality have better economic growth ». De même, soutient-elle, les accords de paix conclus avec la participation des femmes sont plus durables et les parlements avec une forte présence féminine adoptent plus de lois sur les questions sociales comme la santé, l’éducation, le soutien aux enfants et la lutte contre la discrimination.
Susan Coles constate que le haut-commissariat australien a été très actif à Maurice, Rodrigues, Madagascar, aux Seychelles et aux Comores en pourvoyant des fonds pour la réalisation des projets à travers son small grants program. Elle souligne aussi la collaboration avec Gender Links Mauritius l’année dernière dans le cadre des ateliers de travail organisés à travers Maurice sur des sujets aussi divers que la violence à l’égard des genres, le changement climatique, le genre, l’économie et le VIH/sida, entre autres.
L’intervenante observe que la violence domestique est un problème majeur dans tous les pays et souligne l’effort du ministère de l’Égalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être de la famille à Maurice pour mettre à exécution les recommandations du plan d’action national pour mettre fin à ce fléau, de même que toutes les autres actions entreprises par le gouvernement mauricien pour promouvoir l’égalité des genres en citant entre autres les provisions de la Local Government Act 2011 « which led to an increase in the participation of women in the last elections held in December 2012 ».