L’Association des Auteurs Compositeurs Mauriciens (AACM), présidée par Zanzak Arjoon, a déjà mis la machine en marche pour “veiller à la promotion et aux intérêts des auteurs-compositeurs”. Avec la situation de crise qui perdure dans le giron musical, ce mouvement veut apporter sa pierre à l’édifice d’une économie musicale épanouie. Le chantier est vaste, mais l’AACM s’est armée pour cela. La mobilisation du 23 juin 2012 à Rose-Hill s’inscrit dans cette démarche.
Avec un slogan qui se veut percutant (Ansam nou pli for), qui paraît utopiste pour bon nombre, mais qui a le mérite d’être assumé par le collectif, il y a une volonté au sein de l’AACM de changer les choses. D’autres jadis avaient essayé de démarrer quelque chose, mais sans suite. Aujourd’hui, c’est sur une nouvelle base que le projet est instauré. “Dan lekip, ena Zanzak, Eric Triton, Bruno Raya, Greta Boulaye, Katty Martin, Ken Chavry, Tcheky (Nicolas Fanny), Clarel Armelle, Chrisjoe (Jean-Luc Clair), Nicolas Larche, Jasmine Toulouse, Mario Armel, Ludovic Lamarque. Se bann dimoun ki malgre botan movetan, zot finn la”, confie Zanzak Arjoon, le président de l’association. Qui a pour but de créer un dynamisme dans l’industrie culturelle mauricienne. En apportant une synergie et une discussion entre les auteurs-compositeurs, la MASA, le ministère des Arts et de la Culture, des Foreign Affairs, le bureau du Premier ministre, la MBC, la police…
Action.
Face à l’apathie des autorités et des organismes concernés par le sujet, il fallait un mouvement de force pour faire avancer les choses. “Pli gran kiksoz ki nou finn konpran, seki personn o gran zame pa pou konbat dan plas oter-konpoziter. Limem bizin konbat pou li. Bon gre mal gre, se so destine. Swa li asize li atann dan enn system ki pe rod so disparision par l’apropriasion ilegal so drwa ekonomik ek pli pir so drwa moral, so bann valer artistik, intelektiel, ek spiritiel”, souligne Zanzak Arjoon.
Pour arriver à la mise en place de cette structure, les membres ont analysé les erreurs du passé où existait une situation où “sakenn rod so bout apre li ale”. “Nou finn prefer afront ek konfront noumem avan deklans lenerzi AACM. Nou finn aksepte la diferans dan stil lamizik. Nou finn konpran ki li pa enn pese me anrisisman. Nou finn konpran ki ena enn zafer ki apel rezis mizikal ek teknik mizikal. Sakenn swazir so rezis ek aplik nivo teknik ki li oule. Me la finalite, se la kominikasion. Setadir seki nou anvi kominike e avek ki lodians nou anvi kominik sa. Avek sa konpreansion la, prezize ek lorgey tom par limem. Nou sel ziz ek ziri, se nou bann fans ek piblik”, souligne Zanzak.
Formation.
L’association veut aussi miser sur la formation des auteurs-compositeurs. La formation s’applique aussi à la force policière sur la notion de droits d’auteurs. Elle s’applique aussi au niveau éducatif avec des interventions dans les écoles.
Mais un des facteurs importants est l’amélioration de la qualité musicale. “Sepandan, nou pou touzour egziz la kalite. Mediokrite fode pa ena so plas. Pa pran kas dimoun ek mediokrite.?Dayer, pou bizin ena enn lekol formasion lor laranzman mizikal ek lekritir teks. Moris nepli ena kann pou exporte. Touris pe bouz lor lezot destinasion. Si nou explwat nou potansiel mizikal ek textiel, nou pou kapav export li ek refer Moris vinn enn destinasion mizikal kouma Cap Verde, Dakar, Brésil ek bann megapol eropeen”, avance Zanzak.
Ansam.
“AACM se enn lasosiasion kinn monte par enn bann dimoun serye, e se bann dimoun ki ena volonte pou al lager lor frontier. Alor nou pe bizin koudme tou artis ek lepep pou ki nou fer bann lotorite konserne respekte nou”, affirme Bruno Raya, PRO de l’association.
La mobilisation qui est en chantier est prévue pour le 23 juin au Plaza. Plus qu’un concert, ce sera une plate-forme pour l’avancement de la musique et pour changer la donne. “Nou pou fer bann demonstrasion pasifik dan larmoni mizikal ek kiltirel”, conclut le président de l’AACM.
Pour plus d’informations : aacm@yahoo.com ou sur Facebook AACM.