Alors que le nouveau président du conseil d’administration de la CNT, Pratap Dave Udhin, a annoncé que le service Blueline allait être supprimé, le ministre des Infrastructures publiques a déclaré hier au parlement qu’aucune décision n’a été prise en ce sens. Anil Bachoo a aussi indiqué que la police est en possession du rapport sur l’accident de Sorèze mais qu’il n’est pas au courant de son contenu.
Le nouveau président du conseil d’administration de la Compagnie Nationale de Transport avait annoncé au lendemain de sa nomination que le service Blueline allait céder la place à un service Premium dans le cadre d’un exercice de rebranding auquel compte procéder la compagnie après les divers problèmes rencontrés avec les autobus climatisés. Le ministre Bachoo a toutefois déclaré qu’aucune décision n’a été prise à ce sujet.
À une question d’Alan Ganoo sur les trois différents rapports rédigés sur l’accident de Sorèze et les actions qui vont être prises, le ministre Bachoo a souligné qu’il y a eu également des actions judiciaires enclenchées en ce sens et qu’il préférait ne faire aucun commentaire.
À une question de la députée Maya Hanoomanjee sur le rapport commandité par son ministère, Anil Bachoo devait répondre qu’il n’était pas en possession des terms and references de ce rapport. Le député Veda Baloomoody a pour sa part interrogé le ministre des Infrastructures publiques sur les raisons qui ont motivé le ministère à faire appel aux ingénieurs indiens alors que ces derniers travaillent pour la firme Ashok Leyland. Le ministre a soutenu qu’ils sont bien placés en tant qu’expert pour examiner leurs autobus. Le ministre Bachoo a aussi indiqué que les ingénieurs n’avaient fait aucune recommandation spécifique et qu’ils avaient demandé à ce que tous les autobus soient vérifiés. Anil Bachoo a aussi fait ressortir que le rapport rédigé par les experts indiens sur l’accident de Sorèze qui avait fait 10 morts est en possession de la police et qu’il n’était pas au courant de son contenu.
À une question du député Rajesh Bhagwan sur les récents recrutements à la Mauritius Shipping Corporation, faisant référence à des personnes de la circonscription du ministre Bachoo, ce dernier a affirmé que tous les postes vacants sont rendus publics et que la MSC fait souvent appel à un service provider qui recrute son propre personnel.