L’appel lancé par le chef-commissaire de l’Assemblée Régionale de Rodrigues et leader historique du processus d’autonomie dans l’île, Serge Clair, en faveur d’un changement dans la manière de traiter Rodrigues a été entendu par le Premier ministre, Navin Ramgoolam. C’est ce qu’il a laissé entendre lors de son intervention à une « rencontre populaire avec les Rodriguais » à Malabar, organisée, hier après-midi, pour clore la première journée du déplacement du chef du gouvernement dans l’île. A cette occasion, son message à la population de l’île est qu’il ne peut y avoir deux catégories de citoyens au sein de la même république (« pa kapave énan dé katégori sitwayen dan ène mem répiblik »). Il a saisi cette occasion pour confirmer la décision annoncée, vendredi au chef commissaire et aux membres du gouvernement régional au sujet des subventions sur les prix des denrées de base, dont le riz et la farine, afin que les prix soient les mêmes à Maurice qu’à Rodrigues.
« Pa kapav tou zafer Rodrigues désid Maurice !… Mo pa dakor ar sa ! « , a lancé le Premier ministre au beau milieu de son discours à Malabar. Ainsi, en guise de preuve de cette volonté de vouloir remettre en perspective l’autonomie et accorder le même traitement aux Rodriguais qu’aux Mauriciens, il a annoncé que dorénavant les prix des denrées de première nécessité comme le riz et la farine vont être uniformes tant à Rodrigues qu’à Maurice.
Après des consultations avec le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, dans le cadre des préparatifs budgétaires, la décision a été entérinée en vue d’allouer des subventions sur le fret maritime entre Maurice et Rodrigues de l’ordre de Rs 20 millions. En l’absence de ces subsides, les prix pratiqués à Rodrigues étaient nettement supérieurs. Cet allégement sur les prix de vente au détail pourrait également se faire sentir sur le lait et le gaz ménager. Néanmoins, dans son intervention, il a cité spécifiquement le riz et la farine.
En l’absence d’un Rodriguan COLA, qui a été rejeté dans le dernier rapport du Pay Research Bureau (PRB), cette question de subsides sur le fret avait été « canvassed » de manière vigoureuse par les deux syndicats de fonctionnaires de l’île, soit la Rodrigues Government Employees Association (RGEA) et la Rodrigues Public Service Workers Union, affiliées à la Fédération des Syndicats du Secteur Public (FSSP) de Rashid Imrith.
Ce différentiel de prix d’articles de consommation courante avait été abordé lors du Working Dinner de vendredi soir avec le Premier ministre. Ce dernier devait accorder la primeur, de cette annonce aux membres du gouvernement régional de Rodrigues. « Pa kapav éne meme lartik, éna dé prix diféran. Nou pou oulé éna dé klas sitwayen. Prix gaz ek diesel dézà subventionné. Ena problem. Ena contrainte. Nu pena les mwayen », devait déclarer en substance Navin Ramgoolam sous les applaudissements de l’assistance.
Après l’annonce sur les prix du riz et de la farine, il a fait état de la décision du gouvernement de doubler le nombre de bourses d’études offertes à des Rodriguais. « Le parti politique auquel j’appartiens accorde toute son importance à l’éducation et à la formation. Il y avait l’éducation gratuite. J’ai cru nécessaire de donner le transport gratuit aux étudiants pour qu’ils puissent prendre avantage de l’éducation », a-t-il poursuivi.
Toujours en ce qui concerne cette nouvelle perspective pour l’épanouissement de l’autonomie à Rodrigues, le chef du gouvernement a trouvé que « dix ans après l’autonomie, nou bizin fer bann pas tuzur dan zotte lintéré… Pa kapav tou zafer Rodrigues désid dans Maurice. Mo pa dakor ar sa !  » Lors de la séance de travail entre la délégation dirigée par le Premier ministre et comprenant les ministres Tassarajen Pillay et Michael Sik Yuen, et les membres du conseil exécutif de l’Assemblée nationale, le deadlock suite à la publication du rapport du PRB sur les structures administratives pour faire progresser l’autonomie a été évoqué par le chef-commissaire. Après avoir obtenu confirmation des griefs, la partie gouvernementale a indiqué qu’une étude indépendante de l’Anomalies Committee annoncé sera entreprise à cet effet avec les recommandations faisant l’objet d’une étude conjointe pour la mise à exécution.
Le chef du gouvernement est également revenu sur les deux cérémonies d’inauguration de la matinée d’hier, soit l’ICT Centre for Excellence à Camp-du-Roi et du salon d’Infotech Rodrigues se déroulant au centre culturel et des loisirs de Mont-Plaisir. Retraçant les différentes étapes du développement économique de Maurice avec aujourd’hui les services financiers et le secteur de BPO/ICT à l’avant-plan, il a déclaré qu’avec le projet de câble optique et les possibilités de formation, Rodrigues devra être en mesure d’emboîter le pas à Maurice en matière de développement et de progrès économiques.
« Nou ouvlé ki ici dans Rodrigues, zotte fer mem progrés ki Maurice. Zordi c’est services financiers ek ICT qui pe fer plis progrès dans Maurice. Krwasans 6,7% dans ICT. Nou ouvlé Rodrigues vine parey », a-t-il poursuivi en regrettant le retard accumulé dans le projet de la pose du câble optique entre Maurice et Rodrigues en vue d’éliminer la fracture digitale. « Sa prozé là ki là dans mo premye guvernma. Nouvo guvernma après pa ine fer li. Zot dir li ti kut trop ser pou ene popilasyon de 40 000 dimounes. Kan nou ine returné, noun ine fer li. Nou ouvlé ki zotte profite de sa dévelopma ki amène prospérité ek rises », s’est-il appesanti.
Au début de son intervention, le Premier ministre s’est félicité du message du chef commissaire de Rodrigues à l’effet que « nous bizin diboute lors nou lipie ». « Tuletan, mo habituié dire sa dan Maurice. Nanyen pa pou tombe du ciel. Nou bizin konne fer zeffor ek diboute lor nou lipie ek travay dans discipline », a-t-il souligné. Il a exprimé le souhait qu’avec les développements envisagés « ène zur pou vini kot Rodriguais pa pou ouvle alle Maurice. Zotte énan potentiel ».
Navin Ramgoolam a aussi fait état de sa désapprobation quant à la dimension des logements sociaux, qui sont construits à Rodriguies. « Mo ine alle visite sa bann lakaz-là. Mo ine surpris. Lakaz-là trop tipti. Plitot fer mwins lakaz me fer li bien », a-t-il dit.
Dans la matinée, le Premier ministre avait procédé à l’inauguration de l’ICT Centre for Excellence en rappelant qu’à ce chapitre, Rodrigues a pris une avance sur Maurice. Le centre mauricien n’a pas encore été inauguré. Il a mis l’accent sur la formation élaborée conjointement par des firmes de réputation internationale et la Masachussets Institute of Technology (MIT) aux Etats-Unis. Il a également visité le salon Infotech Rodrigues, inauguré par le ministre Chedumbarum-Pillay.
De son côté, le chef-commissaire de Rodrigues, qui avait initialement exprimé le souhait au Premier ministre « pour que Maurice guette Rodrigues ène lotte manyer », devait difficilement cacher, hier en début de soirée, sa satisfaction devant la tournure des événements. Intervenant lors de la cérémonie à l’ICT Centre for Excellence, il avait déclaré que « Maurice bizin développe en parallèle. Nou ène l’Etat-Océan et bou bann zil bizin parey ». La surveillance de la zone maritime de Maurice du côté de Rodrigues fait partie des préoccupations de Serge Clair. Le gouvernement s’apprête à déployer les moyens de contrôle nécessaires au niveau de la National Coast Guard (NCG).
Ce matin, le Premier ministre participera aux célébrations marquant le 25e anniversaire de la télévision à Rodrigues en se rendant à la station de la MBC de Citronnelle pour l’inauguration d’un News Studio. Ensuite, il rendra une visite de courtoisie à Mgr Alain Harel, vicaire apostolique de Rodrigues, en la cathédrale de Saint-Gabriel, avant de procéder à l’inauguration de l’hôtel Tekoma, à Anse Ally, où il loge avec sa délégation.