Réunion de travail entre des employés d’Airport of Rodrigues et leurs dirigeants syndicaux

La situation à Rodrigues continue à être caractérisée par une extrême volatilité. Il n’y a pas que les conclusions du rapport Rotin Bazar sur la drogue. Aux dernières nouvelles, les Rodriguais semblent être pris entre deux feux. D’un côté, il y a l’annonce de la refonte de la structure organisationnelle de l’Assemblée régionale avec un contrat de consultancy alloué à la société BCA Consulting. D’autre part, la décision de la compagnie aérienne nationale, Air Mauritius, de discontinuer la pratique des open tickets sur la ligne Rodrigues/Maurice/Rodrigues provoque des remous, au point où le Chef commissaire de l’Assemblée régionale, Serge Clair, a pris rendez-vous avec la direction générale d’Air Mauritius, cette semaine, pour discuter de la question. Ces craintes sont venues se greffer sur les conditions dans lesquelles se déroule une enquête en catimini du ministère de la Sécurité sociale au sujet des Rodriguais à Maurice.

Pourtant, la signature d’un contrat entre le Chief Commissioner’s Office et la société BCA Consulting de Bijaye Coomar Appana sur une Consultancy for the Review of Organisation Structures of the Rodrigues Regional Assembly représente un sujet de satisfaction à Rodrigues. Intervenant lors de cette cérémonie de signature, Serge Clair a fait comprendre que « nous souhaitons qu’après seize ans d’autonomie, à travers ce nouveau projet pour revoir la structure de l’Assemblée régionale de Rodrigues, nous allons avancer davantage. Ce projet est très important et cela apportera certainement un changement dans la fonction publique en général ». A cet effet, il a lancé un appel à la collaboration et à la contribution des fonctionnaires et partenaires concernés dans la phase de préparation de ce rapport. Il s’est appesanti sur la nécessité de revoir les lois, règlements et procédures en vigueur afin de doter Rodrigues d’une « fonction publique qui travaille dans un autre cadre, rendant ainsi l’autonomie administrative plus dynamique. »

La firme BCA Consulting passera en revue le rôle et la responsabilité des commissaires, de l’Island Chief Executive, des Departmental Heads et des autres fonctionnaires. « Après seize ans d’autonomie, le changement est nécessaire. Il faut une nouvelle organisation des commissions et départements pour assurer un travail plus efficient et plus efficace. L’autonomie doit devenir une philosophie dans notre esprit afin qu’on puisse assurer l’efficience et l’efficacité dans notre travail », a ajouté Beejaye Coomar Appanna. Lors de sa présentation du projet, le consultant a fait ressortir que l’approche participative sera adoptée avec tous ceux concernés par la fonction publique. Les syndicats et d’autres partenaires de la fonction publique seront parties prenantes de cet exercice.

Au terme des Guidelines on Proposals, la réforme envisagée devra inclure « the creation of new grades, the abolition of existing grades which are no longer required, the restyling of grades more appropriately to reflect the true nature of the duties and responsibilities », aussi bien que la révision des Schemes of Service. BCA Consulting se penchera également sur le « minimal establishment in respect of each grade for operational/functional purposes » des mesures pour éliminer des rigidités et anomalies sur le plan légal et administratif, sans oublier l’urgence de la formation.

« Une série de questions comme dans le cadre d’une enquête »

Le rapport sur la réforme administrative pour asseoir davantage le concept d’autonomie à Rodrigues devra être soumis au mois de mars 2019, après une ébauche du rapport disponible dès le 24 janvier prochain pour des discussions avec les stakeholders. Les premiers échanges et rencontres devaient être entamés en cette fin de mois.

Toutefois, la décision d’Air Mauritius d’éliminer les open tickets pour la desserte interîles a soulevé des vagues de protestations dans l’île. Sur le plan pratique, cette démarche, qui est entrée en vigueur, génère de gros embarras pour les Rodriguais. Les partis politiques, dont le Mouvement rodriguais, sont montés au créneau. L’Executive Council de l’Assemblée régionale a abordé la question lors de la réunion hebdomadaire de vendredi dernier. Le Chef commissaire s’est vu confier le mandat d’ouvrir des discussions avec Air Mauritius dès cette semaine en vue de régler ce problème. Il sera à Maurice dès mardi.

Entre-temps, une enquête menée par la Sécurité sociale sur les Rodriguais habitant Maurice préoccupe plus d’un à Maurice aussi bien qu’à Rodrigues. Depuis une dizaine de jours, des Rodriguais vivant à Maurice sont sommés de se présenter d’urgence au bureau le plus proche de leur région. « Au bureau, nous sommes appelés à répondre à une série de questions comme dans le cadre d’une enquête. Très souvent, ces questions sont d’ordre personnel, comme eski ou ti kontan zom la kan ou ti deside pu swiv li Moris ? Ils nous demandent ce que nous avions apporté quand nous étions venus à Maurice », a fait comprendre à Week-End un de ceux déjà convoqués.

Dans le cadre de cette enquête, les fonctionnaires attirent l’attention sur le fait qu’il semblerait qu’il y aurait davantage plus de Rodriguais à Maurice qu’à Rodrigues. « Les données sur les personnes ciblées sont puisées des dossiers du ministère de la Sécurité sociale, notamment des bénéficiaires de prestations sociales. L’impression est que ces fonctionnaires mènent cette enquête sous contrainte avec des menaces de représailles », ajoute-t-on. Ce malaise autour de cette enquête aux allures suspectes risque de prendre de l’ampleur vu qu’elle fait l’objet de discussions au sein de la communauté rodriguaise à Maurice, avec pour consigne qu’ils ne sont pas tenus de répondre aux questions.


Qui est la VVIP qui a violé la fermeture de « pik urit » ?

La réponse à cette question est sur les lèvres de presque tous les Rodriguais. Actuellement c’est la fermeture de la pêche aux ourites au terme des règlements de l’Assemblée régionale de Rodrigues dans le cadre du programme de conservation de la faune et de flore marines. Mais en début de semaine, une VVIP n’a pu résister et est partie en mer. Il a ramené des ourites en infraction aux dispositions de la loi. Mais aucun officier des Fisheries n’a osé prendre en contravention ce cas de flagrant délit, vu la réputation de cette VVIP qui avait été au préalable au centre d’un autre incident lors d’un dîner à l’hôtel avec des préposés malmenés verbalement…


Airport of Rodrigues : traitement salarial discriminatoire

Des employés d’Airport of Rodrigues Limited protestent contre le traitement salarial discriminatoire à leur égard. A cet effet, les représentants des employés ont pris rendez-vous avec le Chairman du Board d’Airports of Mauritius, Ken Arian, de la semaine prochaine en vue de passer en revue cette question, de même que les conditions de travail, surtout les difficultés rencontrées par les employés avec la panne de l’X-Ray Machine au check-in du départ à l’aéroport Plaine-Corail.

« Nous avons constaté qu’il y a une différence de salaires variant de Rs 5 000 à Rs 10 000 payés aux emplyés d’Airport of Rodrigues Ltd et ceux d’Airports of Mauritus Ltd au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport. Cette situation ne peut être tolérée davantage, et nous avons sollicité une rencontre avec Ken Arian en fin de semaine pour discuter de la question. Il y a encore près de 50 % des membres du personnel d’Airport of Rodrigies qui n’avaient pas encore reçu leurs salaires de septembre à la fin de la semaine », a déclaré à Week-End Rashid Imrith, président de la Government General Services Union, et qui se trouve actuellement à Rodrigues. Il compte réclamer une révision salariale intérimaire le temps des discussions avec le management.