Le prix Nobel de Littérature 2008 Jean-Marie Gustave Le Clézio était dans l’ouest samedi dernier pour assister à un minispectacle offert par des enfants de la région dans le cadre de l’atelier de théâtre du projet “Livres pour Tous”, initié par la Fondation pour l’Interculturel et pour la Paix (FIP), dont il est cofondateur avec le linguiste Issa Asgarally. Le couple Le Clézio a félicité les enfants pour leur prestation et leur a offert des livres.
« Et un, deux, trois, quatre, cinq ! » En ce samedi matin, la voix de Frances Pierre résonne dans le centre communautaire de Gros Cailloux. Professeure de danse, elle travaille avec les enfants de la localité sur une chorégraphie qui sera présentée dans quelques minutes à JMG Le Clézio et sa femme Jemia, avec qui il a écrit Gens des nuages (Stock, 1993). Les mouvements corporels suivent. « Allez plus vite ! » Frances motive ses danseurs en herbe. « Cette fois, fait ressortir Sarojini Asgarally, responsable de ce projet d’autonomisation, on n’a pas organisé de grand spectacle. JMG Le Clézio rencontrera les enfants dans l’atelier pour voir le travail en cours. »
L’ambiance est tout de même particulière, car ce n’est pas un samedi matin comme les autres. De temps à autre, les regards sont tournés vers l’extérieur pour guetter l‘arrivée des invités. Les enfants se tiennent près. Leurs hôtes sont là. « Bonjour, Monsieur. Comment allez-vous ? », lancent-ils en choeur. « Bonjour, Madame, Comment allez-vous ? », enchaînent-ils. Ceux qui présentent la chorégraphie prennent place au milieu de la salle. La musique est lancée, les enfants s’exécutent pour le plus grand plaisir de leurs spectateurs privilégiés. « C’est bien ! » leur dit JMG Le Clézio avec appréciation. « C’est incroyable ! », renchérit son épouse.
Le couple distribue ensuite des livres, en commençant par les plus petits. Ceux-là avancent un à un. Le choix des livres se fait en fonction de l’âge et pour certains en fonction de leur intérêt et du potentiel décelé par les professeurs – encadreurs des cours de lecture et d’écriture en anglais et en français. L’occasion pour JMG Le Clézio d’échanger quelques mots avec les enfants surtout pour les encourager sur leur intérêt pour la danse. « Bravo et merci. C’était un beau spectacle ! » lance-t-il avant de prendre congé. Accompagné de l’écrivain Amarnath Hosany, qui anime un atelier d’écriture dans le cadre de ce projet, et de Sarojini Asgarally, le couple Le Clézio s’est ensuite rendu au centre communautaire de Bambous. Ils y sont plus nombreux pour cours de théâtre de 10 h 30. Avec le concours du chorégraphe Jason Louis, ils ont travaillé sur une mise en espace du texte d’Amarnath Hosany, La terre a disparu. C’est au son du djembé joué par le jeune Jean, élève en Std VI, que la pièce démarre. Le jeune homme a fait bonne impression.
Yolaine, en Form V à la Bambous SSS, confie que les ateliers d’écriture, de lecture et de théâtre qu’elle suit depuis trois ans l’aident beaucoup dans ses études. « C’est très intéressant, surtout l’atelier de théâtre qui aide à la concentration et à développer la mémorisation. » Outre les trois matières obligatoires (l’anglais, le français et les mathématiques), elle a choisi l’informatique, la comptabilité, la littérature française et “Food and Nutrition” pour son O-Level. Bien qu’Alexis, en Form I au collège St-Mary’s, même si elle préfère l’atelier de théâtre et danse, avance que fréquenter les ateliers de lecture et d’écriture lui a permis de mieux comprendre les langues. « Sirtou angle, ki mo pa ti tro kone. » Aujourd’hui, elle prend du plaisir à lire des romans en anglais car elle arrive à les comprendre. Le petit Luca, 6 ans, quant à lui, est tout nouveau sur ce projet. Il aime danser et chanter. « Mo kontan get ti-komik, me mo pli kontan vinn isi », lance-t-il. Après la représentation, le couple Le Clézio a offert à des livres aux enfants.