En 1968, ils avaient entre 22 et 52 ans. Lorsque le peuple avait été appelé aux urnes en 1967, certains avaient voté pour l’indépendance et les autres contre. Chacun avec ses raisons et ses convictions. Quarante-sept ans plus tard, cinq d’entre eux reviennent sur cette période décisive de l’histoire de Maurice.
Armand (68 ans), Guy (72 ans), Vimal (72 ans), Jacqueline (82 ans) et Huguette (98 ans) gardent toujours le souvenir du temps où ils s’apprêtaient à décider si Maurice resterait anglaise ou si l’île volerait de ses propres ailes. C’est en 1967 que les Mauriciens se rendent aux urnes : “Nou ti al vote pou ki bann Angle donn nou gouvernma responsab. Pandan enn an, nou ti an ese, pou kone si nou pei pou kapav vinn indepandan an 1968”, rappelle Guy.
Armand garde le souvenir de rassemblements à Réduit et à Curepipe. “Il y avait deux groupes politiques. Celui de Seewoosagur Ramgoolam et celui de Gaëtan Duval. La population était divisée parce que les rouges étaient pour et les bleus contre l’indépendance. Nous étions indécis. J’ai assisté à la manifestation de Curepipe. Nous étions contre. Mais c’était le résultat d’un peer pressure. Notre voix n’a pas été écoutée par la suite : Duval s’est rallié à Ramgoolam…”