Intervenant jeudi à l’ouverture officielle d’un programme d’initiation au français commercial au Triolet Women Empowerment Centre, la ministre de l’Égalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être de la famille, a exhorté les femmes entrepreneurs présentes à se tourner vers le commerce régional et international. Cette formation de deux jours, qui se poursuit aujourd’hui à Triolet, est organisée par la National Women Entrepreneur Council (NWEC) en collaboration avec la firme BAI Co. (Mauritius) Ltd.
« N’ayez pas peur de penser grand et aller au-delà du marché local. Pensez régional, pensez international ! », a lancé la ministre Martin à la cinquantaine de stagiaires. Étaient également présents, Vassen Appanah, conseiller spécial auprès du National Women Entrepreneur Council, Mala Chetty, présidente du NWEC et de S. Rughooputh, Senior Vice-President, Business Channel & Development, BAI Co. (Mtius) Ltd.
« Mon appel à vous femmes chefs d’entreprises c’est de ne faire aucune concession sur la qualité. Si vous voulez être compétitives osez, innovez et soyez très créatives », a ajouté la ministre. Elle a rappelé qu’il y a quelque 3 200 femmes chefs d’entreprises qui sont enregistrées auprès du NWEC. « Cette instance est là pour vous aider à être plus visible sur le marché. Elle est là pour vous aider. N’hésitez pas à faire appel à ses représentants et à prendre avantage des facilités qui sont à votre disposition », a-t-elle ajouté.
Mireille Martin a déploré que le taux de chômage parmi les femmes est plus élevé que chez les hommes. « Je ne saurais qu’encourager vivement les femmes de Maurice à s’engager dans le monde des affaires. Je n’ai aucun doute que votre soutien et votre exemple seront d’un apport considérable dans la création d’emploi ».
Faisant référence à cet atelier d’initiation au français commercial de deux jours, la ministre a parlé de l’importance de la communication dans les affaires. « Pour réussir, mesdames, il ne suffit pas d’avoir les outils de marketing nécessaires ou de prendre des cours de gestion. Il faut aussi avoir les qualités nécessaires pour communiquer. Une communication efficace et adéquatement ciblée qui peut vous assurer le succès de votre entreprise », a-t-elle insisté. « J’ose espérer que cette formation, quoique seulement de deux jours, vous permettra d’améliorer votre aptitude à communiquer en français, à l’oral comme à l’écrit », a-t-elle ajouté.
Mireille Martin a remercié la BAI Co (Mtius) Ltd pour son engagement dans l’avancement des femmes dans le domaine des entreprises. Elle a rappelé que cette initiation au français commercial fait suite à un accord signé en février dernier entre le NWEC et cette firme. Accord qui porte sur l’organisation d’une série de formation dans des domaines aussi variés que le service traiteur, la confection des achards, le marketing, le Customer Care, entre autres.
« Aujourd’hui nous lançons cette session de formation d’initiation au français commercial destinée aux femmes chefs d’entreprises qui veulent mettre toutes les chances de leurs côtés pour réussir dans le domaine des affaires », a fait comprendre la ministre.
Ces deux jours de formation en français commercial est assurée par Yogeswara Ramdin.