Le Marathi Cultural Centre Trust a identifié une pierre avec les empreintes de trois divinités hindoues dans les environs du parking des Gorges de la Rivière-Noire. Ce développement intervient après une étude publiée dans un livre et menée par Samraj Luximon, président de l’Oral History Committee du MCCT et l’anthropologue Maya De Salle Essoo sur l’établissement des marathis à Maurice. Le document a été lancé dimanche au Centre culturel Indira Gandhi à Phoenix.
La publication de cette étude de 150 pages sur l’histoire de l’établissement des marathis à Maurice a nécessité six mois de travail et les témoignages d’une quarantaine de personnes âgées de plus de 60 ans. Les marathis sont arrivés dans leur nouvelle terre d’accueil en 1859 à bord du même bateau que les travailleurs engagés. Ils ont été répartis dans les plantations à Eau-Bleue, Cascavelle, Sept Cascades, Alma, New-Grove. À la seconde moitié de leur contrat de cinq ans, certains se sont retirés dans les Gorges de la Rivière-Noire pour se consacrer à la culture vivière et l’élevage.
Selon l’étude réalisée par le MCCT, les pas des trois divinités – Madhev, Parvati et Ganesh – sont apparus sur la pierre et appartient aujourd’hui au patrimoine culturel et renferme les croyances et les mythes de la communauté marathie. Les marathis ont développé une nouvelle identité autour de cette pierre et c’est le moment de reprogrammer le rituel pour la génération future. L’entrée des Gorges continuent à attirer les marathis pour les rituels à une kalimaye (lieu de culte dédié à la déesse Durga). Le manguier où se tenait le panchayat (le conseil du village) est toujours là ainsi que les « moulins de roche » construits pour prévenir les inondations.
Dans son intervention, le ministre de la Sécurité sociale Sheila Bappoo a déclaré avoir ressenti une grande émotion en visionnant la projection du court métrage sur l’établissement des marathis à Maurice. Elle a félicité Maya Essoo et les autres chercheurs pour leur volonté et patience en vue de la rédaction du rapport en interrogeant les aînés et pour avoir compilé les données en lien à la contribution des marathis à la construction de Maurice, leur pays d’adoption. 
Sheila Bappoo a souhaité que le gouvernement reconnaisse le site identifié aux Gorges comme un lieu de mémoire. Le ministre de la Sécurité sociale a exhorté les marathis à préserver leur culture à travers le port du Kashtis, la cuisine et la bijouterie traditionnelle (gros collier noir pour le mangalsutra). La contribution des deux frères Ramma, les premiers médecins diplômés de l’université de Montpellier, a aussi été mise en exergue par l’intervenante.
Balraj Narroo, président de la Mauritius Marathi Mandali Federation, a loué le travail accompli par Maya Essoo et les chercheurs du MCCT. Il appelé les jeunes à puiser dans les archives du Mahatma Gandhi Institute pour mener des recherches sur leurs ancêtres. Il a présenté une requête au gouvernement pour le dévoilement d’une plaque commémorative sur le site identifié à Rivière-Noire.
Sheila Bappoo, Samraj Luximon et Balraj Narroo ont à cet effet lancé une publication sur l’histoire des marathis. Les personnes ayant donné leurs témoignages ont aussi été récompensées. Les membres du public présents ont eu droit à la performance de la troupe de Shivaji Bhosle.