Le Premier ministre Navin Ramgoolam de même que le président de la République, Kailash Purryag, a demandé aux lauréats qui ont choisi d’aller étudier à l’étranger de rentrer au pays après leurs formations. C’était hier matin, lors d’une rencontre organisée à leur intention à la State House, à Réduit. Le PM leur a aussi conseillé de ne pas se cantonner à leurs études académiques et de s’ouvrir au savoir que ce soit en visitant un musée, en assistant aux diverses conférences ou en rencontrant des gens d’horizons divers.
« We want you to come back. We want to transform this country. I have complete confidence as Prime minister that this country can be transformed into a first world country », a affirmé Navin Ramgoolam dans son discours. Selon lui, pour pouvoir le faire, le pays a besoin que ses meilleurs éléments rentrent. « You can’t go and just stay there », lance-t-il.
Au début de son discours, le Premier ministre devait rappeler que la présente cuvée compte un nombre plus important de lauréats. Le nombre de bourses est passé de 30 à 68, dont 29 sont fondées sur des critères sociaux. Navin Ramgoolam a aussi indiqué que « deux bourses sur critères sociaux sont allouées aux étudiants rodriguais ». Il note que le gouvernement offre aussi un choix plus large par rapport aux institutions qu’ils souhaitent fréquenter.
Il rappelle qu’à partir de cette année, les parents des lauréats n’ont plus à signer un bond, contraignant leurs enfants de rentrer au pays après le premier cycle. « Certains parents m’ont expliqué qu’il est difficile pour eux d’honorer leur engagement si leurs enfants ont envie de poursuivre leurs études ou d’avoir une expérience professionnelle à l’étranger d’abord », dit M. Ramgoolam. Selon lui, ce sont ces raisons qui ont motivé cette réforme. Toutefois, précise-t-il, « we need to make sure you come back to the country which give you all this ». Navin Ramgoolam concède que sans argent, « vous ne pouvez rien faire » et que le gouvernement investit gros dans la formation des lauréats. En 2012, dit-il, le gouvernement a dépensé Rs 120 millions alors que cette année, il investit Rs 150 millions.
Il a félicité les lauréats pour l’effort fourni pendant toute leur scolarité jusqu’aux examens du HSC. « C’est votre dur labeur, votre persévérance et votre discipline qui vous ont menés à l’excellence. Il n’y a pas de succès sans effort », dit-il en ayant néanmoins une pensée spéciale pour les parents et les enseignants du préprimaire au secondaire. Il demande aux lauréats de poursuivre avec la même persévérance et la même discipline pour réussir. Il leur demande aussi de ne pas se cantonner qu’à la discipline qu’ils ont choisie mais de profiter de ces années d’université pour s’ouvrir aux autres et à la connaissance afin de se former à la vie. Il est important d’avoir une formation globale et de savoir communiquer, estime-t-il.
Le Président de la République, Kailash Purryag devait avoir un mot spécial pour les collèges Modern et Lady Sushill SSS. Selon lui, cela démontre que les lauréats ne viennent plus que des collèges traditionnellement connus pour. Cela prouve aussi, poursuit-il, qu’il existe une compétition saine au sein du système éducatif mauricien.
Les lauréats ont tous reçu le livre « Lend me your ears », de William Safire.