Ils étaient parmi les 52 lycéens représentant plus de 2400 jeunes de toute la France et des lycées de l’étranger à participer aux épreuves finales du concours national des 31es Olympiades de Chimie à Paris en avril dernier. Et ils font non seulement la fierté de leur établissement scolaire, mais aussi de Maurice pour avoir brillé à la 3e place (ex aequo) de ce concours prestigieux.
Dans la catégorie « Parlons Chimie », Michaël Descombes et Roan Moonoosamy, représentants du Lycée Labourdonnais, ont séduit le jury avec leur communication autour de la « Nano-colle » – un produit dont l’utilisation vise à remplacer les points de suture à l’avenir dans le domaine de la chirurgie. « La chimie d’aujourd’hui, marque des points pour demain », assurent ces élèves du Lycée Labourdonnais, heureux « de contribuer à l’avancement de la Chimie, une science qui fait partie de notre quotidien, et dont on a tendance à oublier. » « C’est en communiquant sur le sujet que la chimie, marquera des points! » disent-ils.
Pour rappel, sur les 24 groupes inscrits cette année, huit seulement avaient été sélectionnés pour la session 2015 (avec le Lycée La Bourdonnais comme unique représentant de l’AEFE — Établissements Français à l’Étranger). Répartis en groupe de six, les élèves de la 1ère S du LLB, dont font partie Michaël Descombes et Roan Moonoosamy, soutenus par le professeur Fabrice Maréchalen, ont élaboré pendant plusieurs mois, leur projet de communication en s’appuyant sur la création d’un site web pour leur projet, la théorie du fonctionnement de la colle Nano, ses avantages, ses inconvénients, les expériences qu’ils ont été emmenés à faire pour comprendre le concept de ce produit, et la communication sur ce produit avec les médecins. L’objectif étant d’améliorer l’image de marque de la chimie à travers la communication.
« Dans un avenir plus ou moins proche, la Nano-Colle, solution de nanoparticules, pourrait remplacer les points de  suture pour « coller » les chairs molles comme le foie ou les poumons par exemple qui sont déchirés au passage de l’aiguille nécessaire aux points. De plus, ne créant pas de barrière entre les chairs, comme le font les colles actuelles à base de polymères, la cicatrisation s’en trouve accélérée… Les avantages semblent multiples! D’où le titre de notre projet : « La chimie d’aujourd’hui marque des points pour demain », expliquent Michaël Descombes et Roan Moonoosamy et leur professeur, Fabrice Maréchalen. C’est ce qu’ils ont soutenu en avril dernier devant les membres du jury français, à Paris, insistant sur l’importance de la communication pour que « la chimie d’aujourd’hui marque des points pour demain ». Et les efforts des élèves de la 1ère S du LLB n’ont pas été vains, puisqu’ils ont été primés à la 3e place ex aequo dans cette catégorie, derrière les 10 élèves de terminale STL du Lycée Jean Perrin-Marseille (La Chimie de l’Addiction — 1er prix et les élèves de première S du Lycée Montalembert — Courbevoie (2e prix).