La ministre de l’Égalité des genres, Aurore Perraud, a affirmé qu’elle croit dans l’énorme potentiel de la femme mauricienne et souhaite qu’elle collabore plus dans les projets à venir pour l’amélioration de la société. C’était hier, lors de son intervention à la cérémonie de remise de chèques aux représentantes des associations féminines enregistrées sous le National Women’s Council (NWC), à l’auditorium Octave Wiehe, à Réduit.
Aurore Perraud a félicité les fonctionnaires de son ministère de même que les femmes membres des 1 135 associations féminines, enregistrées sous le National Women’s Council (NWC) à Maurice, pour l’énorme travail qu’elles abattent depuis plusieurs années pour rendre la société meilleure. Cependant, la ministre de l’Égalité des genres a constaté que malgré toutes les mesures prises et les projets lancés, le pays, la société et la famille vont mal. « Une conséquence du mode de vie des Mauriciens caractérisé par un stress quasi permanent », souligne-t-elle. Pour y remédier, elle a demandé aux femmes présentes d’apporter un changement dans leurs familles respectives. « Cela aura une répercussion positive dans la société », dit-elle.
Aurore Perraud affirme qu’en tant que ministre de tutelle, elle a une grande responsabilité vis-à-vis de toutes ces femmes enregistrées sous le NWC. Selon elle, chacune à son rôle à jouer et elle estime que « l’île Maurice et le ministère ont un nouveau départ et c’est une chance de pouvoir prendre son destin en main ». Pour elle, 2015 est une année cruciale pour la femme à travers le monde, notamment avec la rencontre internationale de la Commission de la Condition de la Femme à Beijing, en Chine. Elle insiste qu’elle croit dans l’énorme potentiel de la femme mauricienne. « La société a besoin de nous, a besoin de vous. Des défis nous attendent, moi, en tant que ministre et vous, en tant que collaboratrices ».
Répondant à une demande d’augmentation du grant offert par le NWC, qui est de Rs 2 000 par association à ce jour, la ministre de l’Égalité des genres a observé que le gouvernement dépense Rs 2,5 millions par an pour donner Rs 2 000 à chacune des Rs 1 135 associations. Elle précise qu’il s’agit d’un geste visant à reconnaître leur travail, à les remercier et à les encourager à poursuivre dans leur entreprise. « Se enn larzan ki nou kapav e kitfwa merite ogmante », affirme-t-elle en ajoutant toutefois que dans cette ère de changement, « nou anvi dibout lor nou prop lipie ».
Arore Perraud est revenue sur l’expérience que lui ont apportée les récits de plusieurs mandants les mercredis au CAB de St-Croix. « Sak fwa ki enn fam vinn divan mwa, rakont mwa so problem, li donn moi kouraz pou kontinie […] Mo pwiz mo lafors dan so lafors ». Elle invite les femmes présentes à se mettre au diapason de la société qui est en constante mutation. « Mo’nn vini pou nou travay ansam avek zot, pa tou sel, e mo bizin zot pou ki lil Moris al mie ». Dans ce sillage, elle cite le cas des femmes qui vivent seules et les mères célibataires qui ont du mal à joindre les deux bouts ou qui n’ont pas de maisons. « Eski pann ariv ler pou aport enn lalwa pou sa bann madam la. O nivo minister, nou kapav fer li, et nou bizin fer kitsoz pou zot. »
La cérémonie de remise de chèques aux représentantes d’associations enregistrées sous le NWC a été marquée par la prestation du Mayur Dance Group.