Après le triomphe de « la cage aux folles « , en 2012, Philippe Houbert et Daniel  Mourges  proposent  une autre pièce aux  amateurs de théâtre. Du 9 au 19avril ils  mettent en scène « Nuit d’ivresse » la pièce que Josiane Balasko  a écrit et interprété au théâtre et au cinéma.
Il y a désormais  la saison Houbert comme il y avait autrefois la saison  lyrique ou la saison théâtrale française. Depuis quelques années, en effet, l’homme de théâtre mauricien installé en France revient régulièrement à Maurice pour produire, mettre en scène et interpréter des pièces de théâtre. « Du théâtre de divertissement et non du boulevard comme on a trop souvent tendance à le dire » précise Philippe Houbert. Quelle est la différence ?  » Le boulevard c’est en gros  une histoire d’adultère avec trois personnages principaux : le mari, la femme et l’amant qui se font une course poursuite en se cachant dans les placards, sous le lit ou le balcon dans un appartement dont les portes claquent sans arrêt. Le théâtre de divertissement  fait rire  aussi mais pas que. Il comporte sous les répliques qui font mouche des moments d’émotion, une certaine sensibilité et parfois  même une note dramatique. » C’est un genre qui a explosé en France dans le courant des années quatre vingts avec le Café de la Gare et la troupe du Splendid, entre autres. Il était animé par de jeunes acteurs – de Michel Blanc à Thierry L’hermitte en passant par Josiane Balasko, Anémone, Miou-Miou, Martin Lamotte, entre autres – qui ont pris d’assaut la scène et l’écran français avec des pièces et des films devenus  cultes comme « les bronzés », « le père noël est une ordure », « viens chez moi, j’habite chez une copine » pour ne citer que quelques titres. Depuis quelques années Philippe Houbert puise dans ce répertoire pour ses productions locales. Le tout avec la collaboration de Daniel Morgues, son partenaire au théâtre et à la ville. Après « Un grand cri d’amour », « Le père Noël est une ordure »  et  le triomphe de   » La cage aux folles » – 18 représentations et 5000 spectateurs en 2012 – le duo propose le mois prochain « Nuit d’ivresse ».
 C’est une pièce écrite et crée par Josiane Balasko, qui a également joué dans son adaptation cinématographique aux côtés de Thierry Lhermitte. Cette pièce, créée en 1985 avec Michel Blanc,  est devenue un des grands  succès du théâtre de divertissement et  a été reprise par Victoria Abril et Gérard Jugnot et, il y a quelques années, par Francis Huster et Michelle Barnier. L’argument de la pièce est la rencontre dans un bar, entre deux personnes qui n’auraient jamais dû se croiser. Lui est un animateur de la télévision qui vient de recevoir une récompense, qui est odieux comme certains animateurs qui passent leur vie a s’admirer et à s’écouter parler peuvent l’être. Elle est une prisonnière en permission attendant son train pour retourner à la prison. Ces deux personnages que tout sépare se rencontrent, s’engueulent et se soualent sous les yeux d’un barman qui  n’hésite pas à se mêler à la conversation. Le lendemain l’animateur et la prisonnière se réveillent dans le même lit après une nuit d’ivresse, au propre et au figuré. « Contrairement a ce que l’on pourrait penser a lire son résumé, c’est une pièce très dure a jouer parce qu’elle est toutes en nuances, les personnages  révélant leur fragilité au fur et à mesure » souligne Philippe. Daniel Mourgues renchérit: « c’est une pièce qui, au départ, semble être une histoire qui n’a été écrite que pour  faire rire , mais en fait c’est la rencontre de deux ou même de trois  personnages et de trois univers. » Qui à Maurice va oser reprendre un rôle écrit, crée sur la scène et à l’écran par Josiane Balasko ? »Bonne question, répond Philippe. Le problème était de trouver l’actrice qui pouvait  jouer le personnage crée par Josiane  Balasko. C’est la même question qu’on  s’était posée  dans la cage aux folles pour  le personnage de Zaza. Et on découvert Jean-Luc Ahnee qui a été une révélation. Pour la pièce actuelle nous avons fait appel à  Marie-Ange Koenig, née Lagesse,  qui a fait des études de théâtre en France et qui a joué un peu à Maurice avant de se retirer de la scène, il y a douze ans. Depuis elle a fait trois enfants, acquis une grande maturité et est prête a relever le défi qui consiste à jouer le personnage féminin de  « Nuit d’ivresse », qui est un rôle immense, aussi compliqué que celui de Zaza dans  » La cage aux folles ». Les autres acteurs sont Philippe Houbert qui abandonne les robes et perruques de  » La cage aux folles » pour se glisser dans la serviette de bains de l’animateur. Le rôle du barman, le troisième personnage de la pièce, revient à Jean-Luc Ahnee. Comme « » Nuit d’ivresse » est une pièce  assez courte et nécessite un changement de décor Philippe et Daniel ont imagine un intermède original. Ils ont repris quelques « brèves de comptoir » – des classiques du genre –  qui seront interprété par Constatin de Grivel, « un vrai tempérament comique » assure Philippe – qui fait ses débuts sur les scènes mauriciennes, et Jean-Luc Ahnee .  « Qui, souligne Daniel, quitte  les plumes de Zaza pour retrouver un personnage hétéro. » La production de nuit d’ivresse comprend également Sabeer Bahadoor, un jeune enseignant qui avait déjà réalisé les décors du « Prénom », l’année dernière.
Les répétitions vont bon train et à la satisfaction des metteurs en scène qui sont sûrs que la pièce sera prête dans les délais. Ils espèrent que le public sera au rendez-vous d’autant plus que c’est lui qui va permettre aux producteurs de rentrer dans les frais. En effet, en raison de la crise économique, « Nuit d’ivresse » n’a pas trouvé de sponsors en dehors du soutien de la cellule Culture et Avenir du bureau du Premier ministre. Donc les amateurs de spectacles savent ce qu’ils doivent faire : réserver leurs places et aller s’enivrer en avril avec Philippe, Daniel et leur équipe. D’autant plus que les producteurs assurent que l’ ivresse  qu’ils promettent  peut être consommée sans modération et ne provoque pas de gueule de bois…