La Britannique Roz Savage est arrivée à Maurice dans la matinée de lundi après avoir ramé pendant cinq mois à bord d’une barque de 23 pieds. Elle a quitté Fremantle en Australie à la mi-avril. Elle devient ainsi, selon le site de l’United Nations Environnement Programme, la première femme à avoir traversé en solo trois océans : le Pacifique, l’Atlantique et l’océan Indien.
Alors que Roz Savage pensait effectuer cette traversée jusqu’à Maurice sans aucun arrêt, elle s’est vue confrontée à un problème de taille dès qu’elle a pris le large des côtes ouest australiennes : elle ne pouvait évacuer l’eau qui gagnait sa barque avec la mauvais temps. De peur que son watermarker soit inondé – la rameuse se serait alors retrouvée sans eau potable –, elle décide de regagner la terre ferme pour quelques réparations de la pompe à eau.
Après un week-end de pause, raconte Roz Savage sur son blog, elle reprend la mer pour cette fois découvrir quelques jours plus tard que son panneau photovoltaïque ne rechargeait plus ses batteries. Heureusement, écrit-elle, elle n’était pas loin des îles Abrolhos et a pu faire réparer son équipement. La rameuse souligne que des gens qui suivaient ses aventures via son blog et ceux qui lui envoyaient des blagues « to keep my spirits up » l’ont encouragée tout au long de sa traversée.
Sur son blog, Roz Savage raconte aussi comment elle a eu peur à plusieurs reprises ; se demandant si sa barque n’allait pas chavirer en entendant le grondement des vagues, par exemple. L’United Nations Environnement Programme (UNEP) raconte d’ailleurs sur son site quelques aventures de la rameuse avec sa barque qui a chaviré à trois reprises en 24 heures ou encore la fois où elle a fait face à une déshydratation totale.
Cette aventurière a aussi profité de la beauté des couchers et levers de soleil et des étoiles dans le ciel. « The ocean has forced her to develop courage, tenacity, perseverance, and the strength to transcend self-imposed limits », fait ressortir l’UNEP.
En arrivant dans les eaux mauriciennes, au nord de l’île, Roz Savage a été accueillie par l’équipe de la National Coast Guard de Grand-Baie et escortée jusqu’à la terre ferme, où sa mère l’attendait. « It was wonderful to hear that my mother had been able to book her flights to Mauritius », écrit-elle sur son blog. Elle a une pensée speciale pour tous ceux qui l’ont soutenue et une prière pour « Neptune ». « … a respectful nod and a prayer to Neptune, for being so kind as to allow me to cross the Indian Ocean. I will now stop bugging him with requests to rearrange the weather especially for my benefit. »
Selon l’UNEP, Roz Savage est la première femme à avoir traversé les trois océans seule. Elle a terminé la traversée de l’Atlantique en 2006 et le Pacifique en 2010. Avant d’entamer ce voyage à travers les océans en vue de sensibiliser les populations sur le changement climatique et la préservation de l’environnement, cette aventurière était une consultante en gestion à Londres, où elle a travaillé pendant 11 ans.
Roz Savage est considérée comme un UNEP Climate Hero. Elle s’est fait ambassadrice pour quelques 350 organisations sportives, est condisciple de la Royal Geographical Society, du Explorers Club de New York, et fait partie de la liste des Top Twenty Great British Adventurers par le Daily Telegraph. Elle est, selon le National Geographic, une des Top Ten Ultimate Adventurers. D’ailleurs en 2010, elle a décroché le Adventurer of the Year de National Geographic. Elle est l’auteur du livre Rowing The Atlantic : Lessons Learned on the Open Ocean, édité chez Simon & Schuster.
Après ces aventures, Roz Savage indique qu’elle a pour projet d’écrire deux livres sur son aventure dans le Pacifique sous un angle environnemental et un autre sur « Hopi Elders guidelines for self-reliance ».