De dimanche après-midi à ce matin, les pompiers ont été sollicités au moins une cinquantaine de fois à travers l’île. Le Sud et l’Est sont les endroits les plus touchés par les fortes averses, mais des cas ont aussi été enregistrés dans le Nord et le Centre. Par ailleurs, l’incendie survenu au centre d’enfouissement de La Chaumière depuis samedi dernier n’a toujours pas été maîtrisé à 100% en dépit de la pluie.
Les pompiers étaient toujours à pied d’oeuvre ce matin pour enlever l’eau accumulée dans les cours après les fortes averses du week-end. Des interventions ont eu lieu dans les régions de Terre-Rouge, Pereybère, Pamplemousses, Poudre d’or, Flacq, Camp-Fouquereaux et Britannia, entre autres.
De dimanche à lundi matin, une cinquantaine d’interventions avait été enregistrée. La plupart du temps, il s’agissait de cours inondées. Dans certains cas, des maisons ont été inondées, dont deux à Flacq, une à Riche Terre et une autre à Grand Gaube. Par ailleurs, des personnes vivant à proximité d’une rivière en crue à Poste de Flacq ont dû être évacuées d’urgence.
Les endroits touchés par ces inondations sont Chemin Grenier, Sébastopol, Flacq, Grand-Gaube, Vallée Pitot, Montagne-Blanche, Bel-Ombre, Coromandel, Mont-Ida, Grand-Bois, Britannia, Chamouny, Forest-Side, Riche-Terre, Trou-aux-Biches, Pamplemousses et Sainte Croix, entre autres.
Par ailleurs, les pompiers sont toujours actifs au centre d’enfouissement de La Chaumière où un incendie a éclaté samedi. En dépit de la pluie, la situation a été difficile à maîtriser en raison des vents forts qui soufflaient sur le pays, indique-t-on, au niveau du service des pompiers. « Toujours est-il que 75% de la situation est sous contrôle. Les équipes de Coromandel et de Curepipe sont sur place pour continuer à éteindre les braises. Les flammes ont déjà été maîtrisées. »
Les pompiers rassurent également que cet incendie ne constitue aucun danger pour le voisinage. Hier, les éléments de la Special Mobile Force avaient aussi été mandés sur les lieux pour prêter main-forte aux pompiers. Des équipes de quatre casernes de l’île y étaient à pied d’oeuvre. Mais avec l’évolution de la situation et les sollicitations après les pluies diluviennes d’hier après-midi, seules deux équipes ont été gardées sur place.