Avec la confirmation d’une performance des plus difficiles au 31 décembre dernier, soit des pertes de Rs 825 millions (20,9 millions d’euros) pour les neuf premiers mois de l’exercice financier en cours, la compagnie aérienne nationale Air Mauritius a pris la décision de recentrer ses dessertes aériennes dans un premier temps en attendant de mettre à exécution un plan de sauvetage comprenant « un ambitieux, mais réaliste, plan d’économie de coûts et une révision en profondeur de la gestion des recettes de l’entreprise ». S’adressant à la presse ce matin, le Chief Executive Officer par intérim Andre Viljoën a indiqué que l’objectif est de renverser la tendance et de revenir au seuil de rentabilité à partir de l’exercice financier 2012/2013.
L’une des principales mesures annoncées par la direction générale après la réunion du Board d’hier après-midi concerne un recentrage des dessertes en éliminant les liaisons aériennes non-profitables et non-prioritaires dans le cadre d’une refonte de la compagnie au cours des cinq prochaines années. « Les routes déficitaires suivantes sont suspendues d’après le calendrier qui suit : À compter du mois de mai — Milan (à être desservi quotidiennement via Paris) et Sydney et Melbourne (à être desservis via Perth). À compter de fin octobre — Francfort, Genève et Munich (à être desservis quotidiennement via Paris), Bangalore (à être desservi via Mumbai et Chennai), Durban (à être desservi quotidiennement via Johannesburg). Les destinations qui seront renforcées : Paris, Londres, Mumbai, Delhi, Chennai, Kuala Lumpur, Singapour, Hong Kong, Shanghai, Perth, Johannesburg, Cape Town, Nairobi, Tananarive, St-Denis, St-Pierre, Rodrigues », souligne Air Mauritius dans le cadre de sa refonte.
La direction souligne par ailleurs que « pour mettre en oeuvre ce plan de transformation, des changements seront apportés à l’organisation et au fonctionnement de l’entreprise — le service clientèle et la gestion des ressources humaines étant deux pierres angulaires du chantier. Cette transformation permettra à Air Mauritius de garantir son avenir et son statut de partenaire stratégique de l’économie de l’île Maurice. »
Toutefois, en ce qui concerne les emplois au sein de la compagnie aérienne, le plan de sauvetage prévoit que dans l’immédiat, il ne faut pas s’attendre à des changements au cours du prochain exercice financier. « We are doing our best to preserve jobs. But some economic factors are beyond our control and we do not know what will happen in the future », devait laisser entendre le CEO par intérim lors du point de presse ce matin.