Source : Internet

Selon le site réunionnais clicanoo.re, la compagnie d’aviation Corsair a adressé un courrier à tous ses clients pour annoncer que la compagnie arrêtera de desservir Madagascar à partir du 25 mars.

Toujours selon ce même site, depuis plusieurs mois, un bras de fer oppose Air Madagascar à Corsair. La compagnie malgache accuse la compagnie française de concurrence déloyale en ce qui concerne l’axe St Denis – Tananarive. Pour cette raison, Air Madagascar ne voulait plus de Corsair sur l’axe Réunion – Tananarive.

Le 26 février, Corsair revendiquait via un communiqué de presse, le maintien de ses droits de trafic sur la ligne Réunion/Madagascar. « L’ouverture de la desserte régionale en 2017 a permis à plus de personnes de voyager à des prix compétitifs. Corsair souligne les risques de retour à une situation de monopole qui aurait pour conséquences une baisse du trafic et une augmentation des prix ».

La compagnie, Corsair du groupe TUI qui a fait appel à la libre concurrence ne voulait pas baisser les armes. De ce fait, la compagnie a cru bon de lancer une campagne de communication dans la presse le 6 mars dernier pour faire signer  » une pétition servant ses intérêts, au nom de la libre concurrence  » affirmant que  » sans détour via Tananarive : son exclusion de la liaison Réunion – Antananarivo serait préjudiciable au développement de Madagascar ». Cette pétition n’aura visiblement pas été suffisante pour inverser la tendance.

Du coup, Corsair arrête de desservir la Grande île plus tôt que prévu (le 25 au lieu du 31 mars). » Tous les clients ayant pris une réservation seront remboursés », prévient la compagnie.

En riposte à cette campagne de communication, Air Madagascar a rebondi. « Quand Corsair écrit, dans sa communication, qu’elle a fait bénéficier à 19 000 personnes de son offre, elle omet de dire qu’une grosse partie provient de la clientèle existante d’Air Madagascar. Quand Corsair dit qu’elle fait baisser les prix entre la Réunion et Madagascar, elle oublie de dire qu’elle ne dessert plus Antananarivo directement depuis Paris, qu’elle vend avant tout la Réunion où ses avions se vident et qu’elle pourrait même vendre le billet Réunion-Antananarivo à 1 euro sans que cela ne lui coûte rien de plus » .