Air Seychelles pourra continuer à utiliser l’aéronef d’Etihad Airways pour la desserte Maurice/Seychelles, a déclaré l’ambassadeur mauricien auprès des Seychelles avec résidence à Maurice, Marie France Roussety dans une interview accordée au journal seychellois The Nation.
Interrogée sur les relations bilatérales entre Maurice et Seychelles, l’ambassadeur a répondu que « nous sommes encore plus dans une logique de coopération accrue en aidant chacun à progresser ». « Un exemple de cette entente : les liaisons aériennes entre les deux pays. Et là j’ai le très grand plaisir d’annoncer que les autorités mauriciennes ont décidé d’étendre le “wet lease” d’Air Seychelles pour son service sur Maurice en utilisant un avion d’Etihad Airways. Vous êtes au courant qu’Etihad ne possède pas les droits d’atterrissage à Maurice mais nous estimons que nos relations avec les Seychelles sont telles que nous devons considérer de telles situations spécifiques afin d’aider aider notre partenaire. C’est ça la coopération effective », a-t-elle dit.
Selon Marie France Roussety, la politique de rapprochement entre les deux pays touche beaucoup de secteurs, tels l’éducation, la santé et le judiciaire. « Déjà, à la demande du ministère seychellois de l’Éducation, un premier groupe d’enseignants mauriciens est en phase de recrutement pour le niveau secondaire aux Seychelles. En ce qui concerne le judiciaire, une délégation dirigée par le Juge Caunhye de la Cour Suprême mauricienne était présente lundi dernier à l’inauguration du Palais de Justice de Victoria », a-t-elle précisé.
Concernant les échanges touristiques, elle estime qu’ils sont dynamiques.
« Le ministre seychellois du Tourisme et de la Culture, Alain St Ange, doit visiter Maurice très prochainement et les avenues de coopération sont immenses. Je dois citer par exemple l’expertise mauricienne qui est offerte à la Seychelles Tourism Academy (STA) pour la formation des stagiaires seychellois dans les métiers de l’hôtellerie », a-t-elle dit.
Marie France Roussety considère que les relations entre nos de pays sont excellentes et ne cessent de progresser. « Je sens que nous avons retrouvé notre amitié fraternelle car nous avons la volonté de nous unir et nous faisons cause commune au sein de plusieurs organisations internationales comme au sein du groupe des États insulaires en développement (SIDS). Nous tentons d’harmoniser nos positions afin de bien souligner nos problèmes et nos défis. Je pense ici à nos États insulaires face à de grands groupes économiques dans le monde, à nos difficultés d’avoir accès aux marchés ou notre manque de matières premières », a-t-elle dit.