Les passagers à bord du vol d’Air Mauritius venant de Guangzhou du 10 mai n’oublieront pas de sitôt la dernière demi-heure du trajet avant l’atterrissage au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport. Une alerte à la fumée dans l’avion avait littéralement semé la panique parmi eux. Sans le sang-froid dont ont fait preuve le commandant de bord et les membres d’équipage, la situation aurait pu être dramatique.
Jusqu’à la demi-heure avant l’arrivée à Plaisance, le vol s’était déroulé normalement. Puis une forte odeur de brûlé avec de la fumée devait incommoder les passagers. Dans un premier temps, l’on avait cru que cette fumée émanait du cabin luggage d’un des passagers. Après vérification, il n’en fut rien alors que le problème de fumée perdurait encore.
Subséquemment, les membres d’équipage devaient se rendre à l’évidence que le foyer de la fumée était sous le siège d’un des passagers. Un remue-ménage général devait s’ensuivre à bord avec des passagers déplacés pour leur propre sécurité et le sinistre maîtrisé à l’aide d’un extincteur. Toutefois, c’était la panique dans l’avion. « Nous ne comprenions rien de ce qui se passait, sauf que nous avions pu constater la présence de la fumée. Ce qui a ajouté à cette situation difficile était le fait que les membres d’équipage, qui étaient on the look-out, avaient enfilé leur combinaison d’urgence et il y avait un black-out dans l’avion. Vous imaginez ce que cela fut », a confié un des passagers encore traumatisé par cet incident. Certes, les passagers ont chaudement applaudi les pilotes, même s’ils reprochent au commandant de bord l’absence de toute communication au sujet de la présence de la fumée dans l’appareil et cela, même après l’atterrissage en retard sur l’horaire prévu.