Le Français Michel Doutre, délégué de la Fédération internationale des sociétés d’aviron (Fisa) et responsable de développement de l’aviron sur le continent, a eu, comme prévu, une rencontre avec le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo, samedi, au NPF Building à Rose-Hill. Les discussions ont notamment porté sur l’identité légale de la Fédération mauricienne d’aviron (FMA) et la nécessité qu’elle soit reconnue par le MJS en conformité avec les lois du pays.
Selon nos renseignements, le ministre Ritoo avait à ses côtés son secrétaire permanent, Dev Phokeer, ainsi que le directeur des Sports, Novin Gaya, le Senior Sport Officer Soodesh Appadoo et Richard Achille, officier de liaison entre le MJS et les fédérations nationales. Michel Doutre était lui accompagné de Willy Ng, président de la FMA, et Sanjay Goboodhun, vice-président du Comité olympique mauricien (COM).
Arrivé jeudi pour effectuer un constat des lieux sur l’existence réelle de la FMA, le Français aurait fait part de ses observations au ministre en disant que la FMA n’était pas une fédération fantôme et qu’elle était légalement constituée avec des statuts précis. On indique en effet que la FMA existe bel et bien depuis 2006 et qu’elle est reconnue depuis le 8 novembre de la même année par la Registrar of Associations. Elle s’est affiliée à la Fisa en août 2012.
Michel Doutre a aussi annoncé au ministre que la FMA recevrait incessamment des équipements d’une valeur de Rs 750 000 de la Fisa pour débuter ses activités au niveau national. Pour ce faire, la fédération mauricienne aura besoin de former des cadres avec l’aide technique de la FISA.
Le Français avait effectué une première visite à Maurice lors de la 29e session du séminaire des secrétaires généraux de l’Association des comités nationaux olympiques africains (ACNOA) qui avait eu lieu les 20-21 septembre à Grand-Baie. Il avait alors trouvé que ce sport pouvait être pratiqué à Maurice et qu’il existait des infrastructures pour sa pratique. Il avait également identifié un site et soumis un rapport en ce sens à la Fisa. Michel Doutre est revenu à Maurice pour réitérer sa position tout en recherchant la collaboration du MJS afin de donner la chance à la FMA de s’épanouir, indique un proche du dossier…
Reste que le ministre aurait fait valoir que la FMA devra effectuer une demande de reconnaissance auprès du MJS, comme le stipule la nouvelle Sports Act 2013. Michel Doutre lui aurait déclaré que la Fisa encourage la fédération nationale à être en conformité avec les lois du pays tant que celles-ci sont compatibles avec la charte olympique et la Fisa.
Quoi qu’il en soit, le MJS compte émettre de nouveaux formulaires d’application pour l’enregistrement des fédérations. Billy Ng, président de la FMA, rappelle que sa fédération avait déjà soumis une demande de reconnaissance au MJS en octobre 2013. Mais il semble que celle-ci est toujours en attente. « Le ministre nous a dit que nous devions adhérer aux nouvelles lois pour être acceptés par le MJS. Nous sommes déjà affiliés à la Fisa et Michel Doutre s’est dit prêt à nous aider à développer la discipline à Maurice et à nous soutenir financièrement dès que notre demande sera approuvée par le ministre. Il a aussi dit pouvoir aider un rameur expatrié basé en Afrique du Sud à concourir à des compétitions internationales. À plus long terme, il voudrait que l’aviron soit admis aux Jeux des îles vu que Madagascar et les Maldives ont déjà leur fédération en place. La Réunion et les Seychelles devraient aussi s’aligner. Avec un minimum de quatre pays pratiquants, ce sport pourrait effectivement intégrer les Jeux des îles dans le futur », nous a-t-il confié.
La FMA est l’une des cinq fédérations nationales pour lesquelles le MJS avait demandé une suspension de reconnaissance à leur fédération internationale. La Fisa fut la seule à lui répondre que la FMA était « in good standing. » L’escrime, le canoë-kayak, le pentathlon moderne et le hockey étant les quatre autres fédérations nationales que le MJS avait jugé illégales.