« Il faut débattre du sujet.  Même si nous n’avons pas abordé ce sujet au niveau du partie, nous estimons néanmoins que le débat doit se situer sur le droit du citoyen dans un pays laïc. Il faut prendre en considération les valeurs citoyennes et humaines et non pas l’aspect religieux », dit  Lindsay Morvan, porte-parole du PMSD. Il répondait à une question de la presse, lors d’une conférence, hier matin, à Port-Louis. Il était entouré de deux Private Parliamentary Secretaries (PPS), Thierry Henry et Aurore Perraud. Une occasion également pour le parti de répondre aux critiques formulées à leur encontre, par le MMM.
Lindsay Morvan a, dès le début de sa conférence de presse, tenu à féliciter les sportifs mauriciens pour les médailles rapportées en boxe et cyclisme. Selon lui, ces médaillés d’or apportent une bouffée d’air frais sur les récents « palabres politiques » qui contribuent grandement à dévaloriser la classe politique et découragent en même temps les jeunes à s’en intéresser. « Je fais appel pour que les citoyens prennent en ligne de compte les efforts entrepris par les politiciens jusqu’ici, soutout dans le domaine politique. Ici, nous nageons la tête hors de l’eau, alors qu’à l’étranger, la crise économique a un impact considérable sur les gens », a-t-il affirmé.
Répondant « arguments démagogiques » de l’opposition, en particulier ceux du MMM qui, dit-il, n’a de cesse de critiquer la nomination de membres du PMSD à des postes clés, Lindsay Morban déclare que Xavier Duval et Navin Ramgoolam forment un tandem solide de plus de 15 ans. « Un partenariat qui a porté ses fruits et a apporté des résultats », insiste-t-il. Dans cet ordre d’idées, il soutient qu’entre 2000 et 2005, à l’époque où le MMM et le MSM étaient au pouvoir, 30 000 sur 90 000 ouvriers de la zone-franche se sont retrouvés au chômage. Selon lui, c’est à cette même période que Paul Bérenger avait déclaré en tant que Premier ministre que le pays était dans un état d’urgence, alors que, soutient-il, il n’y avait aucune menace sur l’économie.
« Les Mauriciens doivent se baser sur les chiffres pour mesurer les performances et non pas sur les palabres », insiste-t-il. « En matière de performance notons plutôt que le nombre de touristes a grandement augmenté sous le régime de Xavier Duval et de Navin Ramgoolam. Même constat pour l’emploi, de 2004 à 2008, 24.7% taux de croissance en arrivée touristique. Ki moralité MMM vine causer aster ? So bann dirigeants pe fer pressions pou destabilise le PMSD. Avoy dimoune pou fer Aurore Perraud vine transfuge », a-t-il observé. Le pays, dit-il, a beaucoup de défis à relever. « Certains ont déjà été relevés, mais il en reste encore », ajoute Lindsay Morvan.
Si certains, dit le porte-parole du parti, ont avancé que « Xavier inn met couteau en bas la gorge, Navin », il tient à rappeler que le parti a toujours fait ses preuves et continuera à le faire, « Dayer se sel parti kine assure so solidarité avec Ptr kan MSM inn demissioné de l’Alliance de l’Avenir. Mem si nou ti dan l’opposition, nou pou toujours ress dan Ptr parski nou pa kapav ale a l’encontre programme electoral ».
Abordant le chapitre des négociations tripartites en vue de la compensation salariale, Lindsay Morvan a déploré l’attitude de certains syndicalistes qui ont décidé d’effectuer un « walk-out ». Pour lui, ces derniers ne font pas bon usage de cette plate-forme « puisqu’ils estiment d’emblée que les travailleurs n’auront pas voix au chapitre ». Si pour lui l’opposition fait de la démagogie, la classe syndicale fuit ses responsabilités.
Autre aspect abordé : le chômage. Un problème qui interpelle le parti. Se basant sur les chiffres du Central Statistics Office (CSO), 39 % des chômeurs, à savoir un équivalent de 18 000 sur 48 500 de sans-emplois sont âgés de moins de 25 ans. 61% de la population des chômeurs, à savoir 29 500 sur 48 500 sont des femmes, la plupart n’ayant pas leur School Certificate (SC). Le parti lance donc un appel aux dirigeants pour que « plus d’efforts soient faits afin de trouver une solution  à ce mal ».
Lindsay Morvan a conclu sa conférence en rappelant les philosophies que prône le PMSD, notamment l’égalité des chances, la promotion des valeurs démocratiques et humaines, d’où leur position inébranlable sur la peine de mort. Il lance, de ce fait, un autre appel pressant pour que les débats politiques soient lucides  « l’avenir de notre pays et de nos enfants. » Il a également invité le public au congrès du parti qui se tiendra en octobre, à l’auditorium Octave Wiehe, à l’Université de Maurice.