« Je n’ai rien à prouver à M. Gopee », a déclaré Awadh Ballock au Mauricien. Suite à un article paru dans l’édition du vendredi 22 août, où Narendranath Gopee prenait position contre la nouvelle fédération mise en place par son ex-confrère, il a tenu à réagir aux propos tenus contre lui. Narendranath Gopee, président de la Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU) avait déploré « l’attitude malveillante » d’Awadh Ballock, président de la All Workers Trade Union Federation (AWTUF), avançant que ce dernier était « dans l’illégalité ».
Awadh Ballock soutient que beaucoup de syndicats sont en train de quitter la FCSOU pour rejoindre la nouvelle fédération et, pour prouver cela, il fait état de fiches d’inscriptions remplies par les différentes instances syndicales voulant intégrer l’AWTUF. « Gopee n’a pas su garder ses troupes, beaucoup le quittent pour se joindre à nous », dit-il.
N’appréciant pas que Narendranath Gopee s’en prenne à lui directement, Awadh Ballock a expliqué que lors des réunions du comité, divers syndicalistes ne pouvaient manifester leur point de vue « à cause de gros bras présents ». Cependant, Awadh Ballock affirme ne pas être dans une fédération conflictuelle et dit représenter les travailleurs dans toute leur intégralité, qu’ils soient du secteur public ou privé. « Je n’ai rien à prouver à M. Gopee, qu’il aille balayer devant sa porte », affirme le président de l’AWTUF.
« Si je suis dans l’inégalité, qu’on me poursuive », a laissé entendre Awadh Ballock, qui ne voit pas en quoi il aurait violé la loi relative à la « Protection against discrimination, victimisation ». Il se demande où sont la « victimisation et la discrimination lorsqu’on invite des syndicats à se joindre à une autre fédération ».
Awadh Ballock a fait comprendre qu’un syndicat ne pouvait suffire pour former une fédération et que « c’est à cause des agissements de la FCSOU et de son mentor qu’aujourd’hui il y a une scission ». Selon le président de l’AWTUF, les grands syndicats tels que la Nursing Association, entre autres, ont délaissé la FCSOU pour l’AWTUF. D’ailleurs, toujours selon M. Ballock, « la FCSOU, fondée en 1957, compte actuellement environ 15 000 membres alors que l’AWTUF, fondée depuis seulement juin 2014, en compte déjà 13 000 ».