Azir Moris invite la population à réagir face à la situation qui prévaut à la Mauritius Broadcasting Corporation. Une marche pacifique est prévue le samedi 25 février pour dire non à « l’ingérence politique, la dictature et la manipulation de l’information ». Le mouvement réclame la démission du directeur de la MBC Dan Callikan et la nomination d’une personne neutre à ce poste.
« Nous payons Rs 100 de redevance à la MBC chaque mois, mais nous avons l’impression qu’on est en train de voler notre argent. Nous voulons d’une nouvelle télévision qui ne serait pas contrôlée par les politiques et qui n’aurait pas peur de montrer la vérité. » Audrey Poussin, la présidente d’Azir Moris, résume en quelques mots les raisons de la marche pacifique du samedi 25 février.
Havish Gokool de son côté a cité les noms des personnes licenciées par la station nationale pour démontrer les conditions dans lesquelles travaillent les employés de la MBC. « Le directeur général fait ce qu’il veut. Même le ministre du Travail ne peut prendre des actions comme l’a démontré le cas de Rehana Ameer. Il a fallu l’intervention du Premier ministre. » Dénonçant également la « manipulation de l’information », il ajoute que les Mauriciens ont dû regarder M6 et National Geographic pour savoir ce qui se passe dans leur pays.
Pour Eddy Sadien, du Front Commun des Travailleurs Sociaux (FCTS), « la MBC est un outil de propagande à la solde de Ramgoolam et de son parti ». Le défilé de ministres dans le journal télévisé en est la preuve, avance-t-il.
Salim Muthy également du FCTS est d’avis que la station nationale a coupé tout contact avec la population. « La voix de la société civile n’est pas représentée. » Il a dénoncé ainsi le fait que les activités du FCTS « ne sont pas couvertes par la MBC. » Il se demande également quel est le rôle du président et du directeur de l’information de la MBC « puisque c’est Dan Callikan qui contrôle tout. »
Selven Govinden, de Free Arts, rappelle pour sa part qu’il y a douze ans son mouvement avait déjà protesté contre certaines pratiques à la MBC.
Jameel Peerally, initiateur d’Azir Moris, invite les Mauriciens à se « réveiller cette fois » et à venir dire leur désapprobation par rapport à ce qui se passe à la MBC. Il a aussi invité d’autres groupes de jeunes à se joindre au mouvement à cette occasion.
Dans sa liste de revendications, Azir Moris demande également un traitement égal à tous les artistes afin qu’ils aient l’occasion de promouvoir leurs musiques.
Le mouvement réclame ainsi le départ de Dan Callikan de la MBC afin que les choses puissent changer. Il se prononce en faveur de la nomination d’une personne neutre, désignée par un panel de professionnels et non par le gouvernement.
La marche pacifique du 25 février débutera à midi au Plaza, Rose-Hill. Les protestataires passeront par Ébène et Réduit, avant d’arriver devant les locaux de la MBC où se tiendra un meeting. Des artistes d’expressions diverses participeront au mouvement.