Cela s’est passé il y a une quinzaine de jours, alors que les travaux vont bon train pour la réalisation de la Ring Road à l’entrée de Port-Louis, sur le flanc de la Montagne des Signaux. Lors d’un exercice de préparation de terrain, des bâtons de dynamite utilisés à cet effet, « et qui n’ont pas explosé, ont disparu, emportés par des badauds qui se trouvaient sur place », expliquent quelques policiers.
Ce qui les inquiète le plus, disent-ils, « c’est que les services de la police, qui connaissent l’un de ceux qui ont ramassé certains de ces bâtons de dynamite, n’ont pas donné suite à cette affaire ! Pourtant, celui-ci peut aider à retracer les autres personnes qui ont également pris des bâtons de dynamite qui n’ont pas explosé ce jour-là ! » Or, poursuivent ces policiers, qui se disent inquiets, « après l’interpellation de ce premier badaud et après que les bâtons de dynamite se trouvant en sa possession eurent été dûment repris par la police, les autorités ont classé l’affaire ! Ne donnant aucune suite ni entamant aucune action pour retracer ces autres personnes qui ont également des bâtons de dynamite en leur possession ! »
Ces éléments de la force policière se disent soucieux « qu’il n’y ait aucun mauvais usage de ces bâtons de dynamite, […] pas de braquage ou autre événement à caractère violent où ces bâtons de dynamite seraient utilisés et qui pourraient faire d’innocentes victimes ! »
Pour nos interlocuteurs, « la police a de quoi retracer ces individus qui ont pris ces bâtons de dynamite. Il n’y a qu’à mener une rapide enquête, les retrouver et les interpeller pour récupérer ces bâtons. En priant, qu’entre-temps, ces armes ne soient pas utilisées à mauvais escient… »
Par ailleurs, relèvent ces mêmes officiers, « si jamais il se produit de tels incidents, comme des braquages ou autres violences impliquant l’usage de ces bâtons de dynamite, la police elle-même sera pointée du doigt ! On peut éviter cela, alors autant agir ! »
En effet, expliquent nos interlocuteurs, « seule la force policière est habilitée à avoir en sa possession ou manipuler les bâtons de dynamite dans notre pays. Si un individu ou une compagnie en a besoin, une demande officielle doit être présentée au bureau du Premier ministre (PMO) et après étude et approbation, c’est à la police de procéder à l’exercice en question. » De plus, ajoutent ces policiers, « il est courant que lors d’un tel exercice, tous les bâtons de dynamite n’explosent pas. Certains ne prennent pas feu et restent donc intacts. Ce sont de tels bâtons, qui peuvent donc être mis à feu et exploser, qui ont été emportés il y a quelques jours… »