Le tant attendu Bachelor in Education (BEd) sera offert par le Mauritius Institute of Education (MIE), à partir de janvier prochain. Cela fait 30 ans que les enseignants attendent cette formation, suivant les recommandations du rapport Chessworth.

Pour Vinod Seegum, président de la Government Teachers Union (GTU), il aura fallu « une longue lutte pour en arriver là ». Pour lui, cette formation, qui s’applique également aux Rodriguais, « vient corriger une injustice » faite aux enseignants du primaire. Le premier cours de BEd en janvier concernera un groupe de 300 personnes. Un deuxième groupe similaire démarrera la formation en juillet. Au total, 600 enseignants auront leur « degree » l’année prochaine. Vinod Seegum rappelle que la recommandation pour un Bachelor in Education aux enseignants du primaire date de 1988, par feu Donald Chessworth, commissaire salarial anglais, venu corriger les erreurs du PRB. « Aucun gouvernement depuis n’avait voulu l’implémenter. Tant et si bien qu’au dernier moment, on nous a dit que la recommandation datait de trop longtemps et qu’il en fallait une nouvelle. Nous avons dû nous battre pour en obtenir une nouvelle en 2012. Et ce n’est que six ans après qu’elle est enfin concrétisée. »

Vinod Seegum rappelle qu’il a fallu apporter des amendements à la loi afin que le MIE devienne un « degree awarding body », pour offrir cette formation. « La loi a été votée le 26 avril 2017 et il a fallu attendre un an, soit le 16 avril 2018, pour qu’elle soit promulguée. Pourtant, il y a des amendements comme ceux apportés à l’ICT Act qui sont promulgués à la vitesse éclair. » La formation sera offerte sur une base d’ancienneté, ajoute Vinod Seegum, et ce afin de donner la chance à tous d’obtenir leurs diplômes avant l’âge de la retraite.

Pour ceux ayant déjà fait un Bachelor auprès d’une autre institution, le programme sera comparé avec celui du MIE et les modules manquants seront ajustés. Les nouvelles recrues devront, elles, poursuivre leur formation jusqu’au BEd, ajoute-t-il. Une fois que les enseignants du primaire auront leur « degree », précise Vinod Seegum, « la GTU se battra pour l’alignement salarial » avec les enseignants du secondaire possédant la même qualification. Il rappelle que syndicat a déjà obtenu l’alignement pour ceux possédant le « Diploma ».

Le président de la GTU revient sur le cas du dernier groupe d’enseignants ayant suivi le Diploma in Education Management. Contrairement à ceux qui ont suivi la formation avant eux, ils n’ont pas obtenu « d’increment », car entre-temps, le PRB est venu abolir cette allocation pour les fonctionnaires détenteurs d’une nouvelle formation. « Dans le cas des enseignants, c’est différent, étant donné que c’est le gouvernement lui-même qui a offert la formation. C’est pour cela que nous disons qu’ils doivent avoir leur “increment”. »

Environ 400 enseignants sont concernés par ce cas. Par ailleurs, le syndicat réitère sa demande pour que la prochaine promotion au rang de maître d’école se fasse sur la base de l’ancienneté, comme c’était le cas par le passé.