Kate Foo Kune

La fébrilité se fait sentir, alors que le badminton mauricien attend impatiemment le verdict autour du cas de dopage présumé de celle qui devait être la meneuse de l’équipe féminine aux Jeux des îles (19-28 juillet). En effet, quel sera le plan B au cas où Kate Foo Kune est définitivement écartée de l’équipe ? Cette situation donne lieu à beaucoup de spéculations. Vers qui l’Association mauricienne de badminton (AMB) compte-t-elle se tourner : Yeldy Louison (France), Nicki Suan Lam (Angleterre), ou encore Shama Aboobakar, partie à la retraite depuis 2016 ?

S’étant déjà déclarées indisponibles pour diverses raisons, les deux premières nommées ont été à nouveau sollicitées par l’AMB pour colmater les brèches. Mais ni l’une ni l’autre n’aura jusqu’ici répondu par l’affirmative, déclare le président Sharma Nundah. « Mais, définitivement, l’absence de Kate Foo Kune, si elle se confirme, va impacter sur l’équipe. » Quant à Shama Aboobakar, qui a rangé sa raquette depuis qu’elle s’est retirée de la scène après la Thomas & Uber Cup en 2016, elle compte clairement faire savoir qu’un come-back éventuel n’est pas d’actualité, étant donné qu’elle a d’autres projets. Mais les trois badistes ont été médaillées d’or en 2015 à La Réunion. Louison : or double dames, double mixte et en équipes, Suan Lam : or en équipes et bronze en simple dames et Aboobakar : or en équipes et bronze en double dames et double mixte.

Si jusqu’à la semaine dernière elles étaient encore assez indécises pour accepter ne serait-ce que pour venir prêter main-forte au double dames et au tournoi par équipes, cette éventualité ne serait plus envisageable. Cela fait trois ans que Shama Aboobakar n’avait pas joué. Mais elle a été approchée par l’AMB le 25 juin. Il nous revient qu’elle avait toutefois décidé dimanche dernier de dépoussiérer sa raquette, histoire de voir où elle pouvait se situer. C’est ainsi qu’elle a livré quelques matches de double dames en duo avec les cinq partenaires différentes disponibles, Aurélie Allet, Kobita Dookhee, Lorna Bodha, Ganesha Mungrah et Jemimah Leung. Les résultats ont été saisissants : elle a remporté 3-4 matches, le tout en étant physiquement hors jeu…

Le head coach de l’équipe nationale, le Malaisien Yogendran Krishnan, qui est rentré à Maurice jeudi dernier pour superviser personnellement la sélection jusqu’aux Jeux, avait laissé entendre qu’il se réservait une semaine avant de décider d’inclure ou pas Shama Aboobakar au sein de l’équipe. Mais après ce qu’il a constaté dimanche, il a dit oui tout de suite. On peut donc assez logiquement imaginer la situation au niveau du double dames et bien plus en simple.

Selon le président de l’AMB, les trois badistes ont imposé des conditions si d’aventure elles devaient participer aux Jeux. Mais les négociations s’annoncent ardues. Reste que depuis qu’il est rentré, le head coach a dressé un plan d’entraînement spécifique pour « booster toute l’équipe en apportant notamment du fine tuning on court. » Mais il nous revient que le matin, les badistes s’entraînent au stade de Rose-Hill de 6h à 7h, puis au gymnase d’Ébène durant la matinée, avant de retourner au gymnase ou aller en salle de sport dans l’après-midi. Un plan d’entraînement assez intensif à dire pour le moins, à quelques jours de l’échéance.