Comme l’on pouvait s’y attendre, l’Afrique du Sud a été exact au rendez-vous une nouvelle fois, remportant trois médailles d’or sur les cinq en jeu dans la compétition individuelle mardi dernier après avoir été sacré dans la compétition par équipe lors de la semaine écoulée. Les seychelles se sont imposés en double hommes avec autorité alors que le Nigéria a sauvé l’honneur en simple dames. Maurice doit se contenter de deux médailles d’argent et trois de bronze.
Décidément, force est de constater que les badistes mauriciens n’avaient pas les épaules pour aller chercher le plus précieux des métaux. Kate Foo Kune, 20 ans, aura pourtant donné dans la finale simple dames face à la Nigériane Grace Gabriel mais ses efforts n’ont pas été suffisants. Grace Gabriel l’a emporté en deux sets 25-23, 21-12. Menée largement dès le début (13-18), la Mauricienne effectua une remontée spectaculaire pour égaliser à 18-18, parvenant même à prendre les devants 20-18 pour hériter d’une première balle de set. Mais elle n’a pu conclure. Elle s’offrit également trois autres balles de set à 21-20, 22-21 et 23-22 mais ne parvenait toujours pas à plier le set.
Au grand bonheur de la Nigériane qui ne se fit pas prier pour remporter la manche. Kate Foo Kune avait perdu beaucoup d’énergie et cela s’est inévitablement fait sentir dans le deuxième set. Grace Gabriel mena 5-3, avant de creuser l’écart 9-3, puis 12-5, 16-7, 20-9 avant de conclure 21-12. À noter que Grace Gabriel (25 ans) vit aux Pays-Bas mais elle s’est entraînée en Malaisie ces six derniers mois pour se préparer en vue de ces Championnats d’Afrique. « Cela a été dur lors du premier set. Je voulais vraiment gagner mais je devais m’accrocher pour conserver le titre. Cette victoire était l’objectif de toute ma saison. Ce n’est pas facile de venir s’imposer ici, qui plus est, face à l’enfant du pays. Je suis très contente de moi », fait ressortir Grace Gabriel.
C’était la deuxième fois que Kate Foo Kune affrontait la Nigériane qui l’avait dominée dans le tournoi par équipes. Kate Foo Kune, clairement déçue après cette défaite, ne veut toutefois pas se prendre la tête. « C’est ma première finale du simple dames à 20 ans chez les seniors aux Championnats d’Afrique. C’est déjà pas mal. Je suis bien évidemment déçue car j’aurais pu faire mieux. Le premier set m’a échappé et j’y ai laissé beaucoup d’énergie dans la bataille. Cette finale m’encourage à aller encore plus loin et à m’entraîner encore plus dur. C’est la première fois que je m’entraîne autant pour cette compétition », indique la no. 1 de Maurice. Il restait alors la paire féminine en finale double dames pour tenter de sauver l’honneur. Mais encore une fois, elles n’ont pas été en mesure d’aller jusqu’au bout.
Après avoir remporté le premier set 21-18, elles ont courbé l’échine contre les Seychelloise Alisen Camille et Juliette Ah Wan. Ces dernières ont remporté les deux sets suivant 21-16, 21-14. Ah Wan, 32 ans, a avoué que c’était bien son premier titre africain en double dames après avoir échoué deux fois en finale en 2002 et 2007 contre l’Afrique du Sud avec sa partenaire d’alors, Catherine Paulin. Ah Wan a également été dans le passé plus d’une fois championne d’Afrique du simple dames et également en double mixte et en équipes. Pas de chance pour Shama Aboobakar qui voulait tirer sa révérence sur une victoire dans ce qui semble être ses derniers Championnats d’Afrique. Yeldy Louison pour sa part, a retrouvé la compétition après une coupure de deux années.
Le Directeur Technique National, Nantha Kumar Tarbadas fait ressortir que les Mauriciens se sont bien battus dans l’ensemble. « Ils ont fait le maximum. Je suis très content de leurs prestations car ils ont fait honneur à Maurice. Ce n’était pas facile face aux forces en présence. Kate Foo Kune était meilleure que la Nigériane. Mais celle-ci la mettait constamment sous pression étant supérieure techniquement et tactiquement. À ce niveau, il faut plus de discipline et de rigueur », explique le Malaisien. Par ailleurs, l’Afrique du Sud a été exact au rendez-vous dans les trois autres finales au programme. Jacob Maliekal a pris la mesure de son compatriote Prakash Vijayanath alors que la paire Wilhem Viljoen/Andries Malan a fait parler la poudre en double hommes. En double mixte, Wilhem Viljoen et Michelle Butler-Emmett ont fait la différence. Avec la médaille de bronze par équipe, Maurice totalise deux médailles d’argent et quatre de bronze au terme de ces Championnats d’Afrique.
Une performance honorable pour la bande à Shama Aboobakar qui a eu le mérite de faire le maximum face aux meilleurs badistes de l’océan Indien. Et que dire de la performance des Sud-Africains, qui a délégué une sélection très jeune dans l’île.