Le nouveau Directeur technique national (DTN), l’Indonésien Annas Jauhari a déjà pris ses marques avec les badistes mauriciens, lui qui est arrivé au pays jeudi dernier. Âgé de 29 ans, le jeune entraîneur n’a pas froid aux yeux, et  compte préparer au mieux les joueurs pour les Jeux des Îles de l’Océan Indien (JIOI) en terre réunionnaise (1er-9 août). Espérons que celui-ci sera le bon pour l’Association mauricienne de badminton (AMB).
Dans sa quête de DTN, autant dire que la fédération n’a pas toujours fait les bons choix avec le départ prématuré du Malaisien Nantha Kumar Tarbadas et de l’Indonésien Tony Wahyudi. Sans compter le passage furtif de l’autre entraîneur venant de Malaisie, Raymond Stevon. Cette fois-ci, l’AMB espère ne pas s’être trompé avec l’arrivée d’un jeune coach, en l’occurrence Annas Jauhari. Jeune certes mais avec un cv long comme le bras. Il a passé sept ans en Suède ayant évolué au niveau junior et a notamment participé à des tournois sur le Vieux Continent. « J’ai roulé ma bosse un peu partout. J’ai entraîné en Thaïlande, en Inde et aussi en France. Maurice me fait un peu penser à une commune française, à savoir Aix-en-Provence (Rires). J’ai tout de suite pris mes marques ici et je me sens bien », souligne notre interlocuteur.
Sous sa férule, les présélectionnés s’entraînent le matin (6h30-9h30) et l’après-midi (17h30-19h30). « Les mercredis et les samedis, nous aurons des sessions le matin uniquement alors que dimanche, ce sera jour de récupération. Les badistes ont donc dix sessions d’entraînements par semaine. Ils devront s’habituer petit à petit à mes méthodes de préparation et je suis sûr et certain que tout se passera très bien. Je trouve qu’il y a du bon potentiel », ajoute-t-il. Annas Jauhari soutient, « Les badistes mauriciens ressemblent beaucoup en terme de jeu pratiqué aux Européens. En Asie, l’éducation passe en deuxième position contrairement aux Mauriciens. De ce fait, les joueurs asiatiques ont beaucoup plus de temps pour s’entraîner et sont de ce fait plus performant. Mais les Européens ont beaucoup progressé et sont mêmes meilleurs parfois », précise-t-il.
Mais le plus important, ce sont les joueurs mauriciens et Annas Jauhari est conscient qu’il a du pain sur la planche. « Je suis conscient que je devrais mettre en place une équipe compétitive pour remporter toutes les médailles d’or au programme des JIOI. Dans cette optique, j’ai eu une rencontre avec le ministre de la Jeunesse et des Sports (MJS) Yogida Sawmynaden qui m’a expliqué que l’objectif n’est ni plus ni moins que le plus précieux métal. C’est un challenge que je compte relever et je suis sûr et certain que le but fixé sera atteint. Si les badistes respectent le programme d’entraînement comme il se doit, ils iront au bout », indique l’Indonésien. Pour rappel, Maurice avait remporté trois médailles d’or sur les sept en jeu en 2011 à Mahé (Seychelles), ce qui demeure à ce jour la moins prolifique de son histoire.
Le nouveau DTN compte mener sa tâche à bien en vue de cet évènement en effectuant un stage en Indonésie. « Je compte organiser des test-matches contre les sparring-partners indonésiens afin de les faire progresser plus vite », soutient-il. Annas Jauhari a voulu commenter sur les qualités d’un bon joueur de badminton. « Elles sont nombreuses et variées. Vitesse de perception, réaction, frappe et déplacement; détente pour se propulser au plus tôt vers le volant; puissance, force, vitesse,..
sont autant de qualités que je vais peaufiner chez les joueurs mauriciens ». Celui-ci compte aussi s’apesantir sur « la souplesse qui détermine l’amplitude du mouvement (frappe et déplacement); la coordination, c’est-à-dire organiser des actions différentes concourant à un même but; l’endurance, la résistance et l’équilibre psychique », affirme-t-il.
« Pour réussir au plus haut niveau, il faut de la discipline. S’entraîner, se coucher tôt pour avoir un bon sommeil, bien manger sont autant de facteurs qui contribuent au succès. Je serai là pour veiller à tout cela. Mon but est de placer Maurice sur l’échiquier mondial. Je veux que les badistes mauriciens soient internationalement reconnus. Certes, ce sera dur à réaliser mais rien en ce bas monde n’est impossible à réaliser. J’estime avoir les qualités requises pour permettre à ces joueurs de franchir plusieurs palliers. Les plus grands tournois de badminton sont : les Challenges, Grand Prix Gold et le Super Series qui demeure le plus prestigieux. En football, c’est un peu l’équivalent de la Barclays Premier League si nous nous hasardons à faire une comparaison. Je vais tout mettre en oeuvre pour qu’un joueur mauricien puisse y prendre part », avoue Annas Jauhari.
Le nouveau DTN n’a toutefois pas voulu s’apesantir sur le départ précipité de ces prédécesseurs notamment son compatriote Tony Wahyudi. « Chacun à ses méthodes d’entraînement et sa façon de voir les choses. Pour ma part, je me concentre sur mon travail et rien d’autre », a-t-il conclu.