Les badistes embarquent lundi soir pour Addis Abeba, Éthiopie, pour défendre leurs chances aux championnats d’Afrique qui débutent deux jours plus tard et qui dureront jusqu’au 28 courant.
Malgré l’absence d’un réel enjeu, quel sera l’objectif de cette participation ? « Il faudrait limiter les dégâts et faire du mieux possible pour terminer sur le podium du tournoi par équipes », avoue le coach Annirao Dajee, qui accompagnera l’équipe aux côtés de Lynn Bheeka, membre de l’Association mauricienne de badminton.
On ne peut trouver mieux comme objectif pour cette sélection mauricienne qui, d’année en année, voit son prestige d’antan s’étioler. D’autant que le tournoi par équipes pourrait être cette année plus relevé puisqu’il servira à la fois de qualification à la phase finale mondiale de la Thomas & Uber Cup.
« C’est sûr qu’on va souffrir, surtout avec l’absence de Sahir Edoo, blessé. Mais pour les autres, c’est bien qu’ils soient exposés à des matches de ce niveau. Ils feront de leur mieux pour terminer sur le podium », dira Annirao Dajee.
Et d’ajouter que « ce sera quand même très difficile en sachant que l’équipe n’a pas eu le temps suffisant pour travailler les différentes paires de doubles afin de présenter la bonne combinaison en double hommes, double dames et mixte. »
Il estime en effet que même pour les derniers Jeux des îles à Mahé en août dernier, cela n’avait pas été fait. Et que depuis la reprise des entraînements en janvier, « nous tentons de rectifier le tir en axant la préparation sur la technique et la condition physique tant en simple qu’en double, le temps faisant défaut. »
L’an dernier, l’équipe était rentrée du Maroc avec la médaille de bronze par équipes sans que le tournoi ne serve de qualification africaine aux mondiaux par équipes. Dans le tournoi individuel, elle s’était contentée d’une médaille de bronze en double dames par la paire composée de Kate et Karen Foo Kune. Quelles sont cette fois ses chances de médailles en Éthiopie en individuel ? « Peut-être Christopher Paul, s’il se défend bien. Mais ils manquent tous d’expérience en simple hommes et dames pour viser un podium », répond sans réserve Annirao Dajee.
Pour rappel, en 2010 en Ouganda, lors des dernières préliminaires africaines de la Thomas & Uber Cup, Maurice était tombée en finale 1-3 face au Nigeria en masculin tandis qu’en féminin elle avait subi la loi des Égyptiennes 0-3 en quarts de finale. Quel sera cette fois le verdict ?
La sélection se compose de Karen et Kate Foo Kune, Yeldy Louison, Shama Aboobakar ainsi que Kiran Baboolall, Yoni Louison, Christopher Paul et Stephan Beeharry, qui sera officiellement l’entraîneur-joueur de l’équipe.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
RECTIFICATIF: Karen et non Kate Foo Kune
Une malencontreuse erreur s’est glissée dans le dernier article traitant de ces mêmes championnats d’Afrique en Éthiopie. Il fallait lire Karen Foo Kune, et non sa soeur Kate, comme le seul élément invaincu dans le récent tournoi de classement (round robin) qui s’offrait comme une mise en jambes pour le rendez-vous d’Addis Abeba.