L’arrivée récente du Malaisien Nantha Kumar Tarbadas au poste de Directeur Technique National (DTN) est le signe d’un nouveau départ à la l’Association mauricienne de badminton (AMB) version 2013. Après plusieurs années de vaches maigres, la sélection nationale pourra enfin viser plus haut que la troisième marche du podium sur l’échiquier africain.
En février dernier aux championnats d’Afrique en Ethiopie. Maurice avait dû se contenter du bronze par équipes et en double dames du tournoi individuel. En fait, elles étaient les seules médailles auxquelles la sélection pouvait au pire aspirer lors de sa participation au rendez-vous africain. « A l’image d’autres disciplines, le badminton n’a pas effectué une belle moisson au plan africain chez l’élite. C’était plutôt le statut quo», reconnait le président de l’association, Raj Gaya. «Par contre, fait-il ressortir, nous préparons l’avenir. Car les jeunes ont brillé en remportant  trois médailles d’or (simple hommes, double dames, double mixte), et autant en argent et en bronze aux championnats autant en d’Afrique U15 au Cameroun.»
Autrement, il retient que Shama Aboobakar a été l’une de rares joueuses à avoir brillé au plan individuel que ce soit lors des Internationaux de Maurice ou sur le circuit africain, notamment au Botswana, en Ethiopie et en Afrique du Sud.
Avec l’arrivée du nouveau DTN, l’association s’est donc donnée les moyens de concrétiser de nouvelles ambitions dès cette année. « Ce qui a toujours fait défait, c’est un encadrement technique de haut niveau. Nous espérons que ce vide a été comblé. Car nous pouvons dire que nous regardons désormais l’avenir avec plus de sérénité», se félicite Raj Gaya.
Le Malaisien sera de retour à Maurice samedi prochain pour parapher son contrat  avec le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) et l’AMB. « Vu qu’il sera également responsable des jeunes du Pôle Jeunes du Trust Fund for Excellence in Sport (TFES), cette fondation devrait normalement nous aider à amortir ses conditions de salaire », précise Raj Gaya.
En sus de s’occuper de la sélection nationale, Nantha Kumar Tarbadas sera aussi directement responsable des équipes de U 12, 14, 16 et 19 et plus. « Le DTN était déjà au courant de ses nouvelles attributions avant de les accepter. Il est là pour bosser dans la discipline et le sérieux. Tout le monde le sait. Nous n’accepterons aucune forme de compromis à ce sujet », rappelle-t-il. « Un groupe réunissant de jeunes joueurs sera aussi mis sur pied. Et nous allons également lancer une vaste opération à travers l’île en invitant, par exemple, les jeunes à nous rejoindre au centre national à Rose-Hill pour une journée de détection.»  
Championnats d’Afrique à Maurice
L’année 2013 est donc placée sous les signe d’un nouveau départ. D’autant que se poindrent déjà à l’horizon, les championnants d’Afrique seniors que Maurice abritera du 12 au 19 août. Cet événement de même que celui des championnats d’Afrique juniors prévus courant avril en Algérie sont les deux principaux objectifs sur lesquels le DTN devra se concentrer. « Ce sont les deux principales échéances visées à court et moyen terme. Et nous allons mettre tout le paquet.»
Pour les championnats d’Afrique seniors, l’AMB a d’ores et déjà bénéficié d’un accord financier de Rs 300 000 du MJS, confie Raj Gaya. Mais il ajoute que des négociations sont également en cours avec un principal sponsor qui aidera l’association à relever le défi.
Nantha Kumar Tarbadas a aussi souhaité que l’association dispose dans les brèfs délais d’un ‘stringing machine’ pour le cordage des raquettes en fonction de la tension qui est réclamée par rapport au style de jeu et la puissance du joueur. Par ailleurs, l’association avait pris la décision déjà en août 2012 que seuls les clubs déjà affiliés verront leur licence renouvelée cette année.
Parmi les projets que l’AMB compte concrétiser cette année, on retient le lancement du badminton au niveau de la Francophonie. Cet objectif avait été déjà lancé l’année dernière à Londres lors des J.O. « Il nous reste cette année à mettre en place les structures de compétition et de développement », avoue le président de l’AMB.
L’intégration du badminton africain au plan scolaire devrait également prendre son envol..Lancé dans quatre pays l’année dernière, soit au Maroc, en Afrique du Sud, au Kenya et au Botswana, il devrait s’étendre cette année en Ethiopie, en Algérie, au Ghana, en Zambie, en Ouganda et au Caméroun. La discipline dévrait être lancée à l’échelle scolaire en 2014 à Maurice, au cas où un pays africain se désiste.