Kate Foo Kune se retrouve à nouveau au sommet du continent africain. Déjà doublement titrée en simple dames et en équipes mixtes au Congo-Brazzaville en 2015 lors des Jeux d’Afrique, la badiste mauricienne a accroché un nouveau titre individuel hier à Benoni à Johannesbourg (Afrique du Sud) en battant en finale l’Égyptienne Hadia Hosny 16-21, 21-14, 21-8. Elle offre à Maurice sa seule médaille d’or du tournoi, en sus de celle d’argent obtenue en double mixte avec Julien Paul.
Une fois de plus, Kate Foo Kune est exacte au rendez-vous, d’autant que l’équipe mauricienne a connu une grosse désillusion dans ce sommet africain en perdant d’abord son titre dans le tournoi par équipes mixtes avant d’afficher ses limites dans le tournoi individuel, le titre du simple dames et la place de finaliste en double mixte mis à part.
En simple et double hommes, où la confiance était quand même de mise, elle a raté le coche, Julien Paul, le favori du tableau et seul rescapé de la phase de poule de l’épreuve individuelle, chutant en demi-finales 21-15, 15-21, 20-22 face à l’Algérien Adel Hamek. On avait confondu entre celui-ci et l’Égyptien Ahmed Salah (2) en parlant de l’adversaire direct du Mauricien dans la course au titre. Mais c’est bien l’Algérien qui s’est avéré au-dessus du lot en battant en finale l’Égyptien 21-19, 21-13.
Les Nigérians ont fait très pâle figure dans le simple hommes, Habeeb Temitope Bello se faisant éliminer des quarts de finale 21-15, 7-21, 21-14 par l’Égyptien Ali Ahmed El Khateeb, et Clement Krobakpo dès le 1er tour face à l’Égyptien Adham Hatem Elgamal 21-12, 9-21, 21-23. Les badistes de la région nord-africaines ont d’ailleurs dans l’ensemble fait forte impression tant en masculin qu’en féminin dans cette édition des Championnats d’Afrique.
En double hommes, l’Afrique du Sud, qui a pu qualifier quatre paires, n’a pu pour autant décrocher le titre. Les Algériens Koceila Mammeri et Youcef Sabri Medel l’emportant 13-21, 21-19, 21-19 contre Andries Malan-James Hilton Mcmanus. Cette équipe sud-africaine a sorti dès le 2e tour (quarts de finale) les Mauriciens Julien Paul et Aatish Lubah. Ces derniers avaient obtenu un bye d’entrée.
Tous les espoirs mauriciens étaient donc bien placés en Kate Foo Kune. Après un bye d’entrée, elle bat en quarts la meilleure Sud-Africaine du tableau, Sandra Le Grange, 21-11, 21-15, puis les Égyptiennes Menna Eltanany 21-14, 21-6 et Hadia Hosny 16-21, 21-914, 21-8 en finale. El Tanany s’est qualifiée 21-14, 11-21, 22-20 aux dépens de la Sud-Africaine Johanita Scholtz en quarts de finale et Hosny aux dépens de Dorcas Ajoke Adesokan, seule Nigériane du tableau, 13-21, 21-19, 21-13 en demi-finales.
En double dames, il y avait au départ même très peu d’espoir de médaille pour la paire mauricienne Dookhee-Mourat, éliminée dès le 2e tour (quarts de finale). Par contre, la paire Foo Kune-Paul aurait pu décrocher la timbale, d’autant qu’elle élimine dans le dernier carré la paire favorite d’Égypte 21-19, 21-15. Mais elle perd en trois sets serrés la finale face aux Sud-Africains.