Alors que certaines personnes se proclamant membres du conseil de la Badminton Confederation of Africa se sont ouvertement dissociées de la nouvelle nomination de Raj Gaya au poste du secrétaire général BCA à travers un communiqué de presse portant une effigie de la BCA en date du 15 octobre dernier, l’instance africaine aurait réagi en disant ne pas en être l’expéditrice.
L’expéditeur du communiqué est Badminton Africa et l’adresse mail est bcacouncil@outlook.com, tout comme le destinataire. La BCA indique que l’objet du mail laisse penser que l’expéditeur est une personne d’expression française et les signatures des membres du conseil qui figurent au bas du document pourraient donner l’impression que c’est un document officiel de la BCA. Or, le Nigérian Sanchi Danlami, président de la BCA et porte-parole officiel de cette instance, ne serait même pas au courant de l’émission de ce supposé document par le conseil, tout comme les autres membres, a-t-on appris.
Toujours est-il que le communiqué cosigné par huit membres du conseil rejette ce qui a été relayé dans les médias autour du retour de Raj Gaya au poste. On se souvient que le mandat de ce dernier n’avait pas été renouvelé dans un premier temps à l’assemblée élective de la BCA tenue courant mai à Gold Coast en Australie, et ce, au bout de dix-huit ans au poste depuis 1999. Une guerre pour le pouvoir serait à l’origine de cette situation. Car, finalement, Raja Gaya a récupéré ses fonctions tant la situation serait devenue difficile à gérer pour le nouvel exécutif.
Les signataires du communiqué soulignent que le conseil qui s’est réuni le 14 octobre 2014 n’approuve pas cette nomination. Dès lors, le conseil aurait adressé le 15 octobre une lettre au président de la BCA l’invitant à s’appesantir davantage sur cette nomination en accord avec les conditions établies autour de ce poste en respect avec le code éthique. Les signataires s’attendent donc que l’exécutif considère sérieusement la chose. De plus, le conseil avise qu’aucune convocation n’a été émise par le président du conseil, Kay Chirwa, celui-ci étant également l’un des signataires du communiqué. Notons que la liste des membres du conseil ne figure pas dans le document, à l’inverse de ce qu’indique le communiqué.
La Confédération africaine de badminton soutient pour sa part que la nomination de Raj Gaya est une décision qui revient à l’exécutif et que cette nomination n’a pas lieu d’être approuvée par le conseil, conformément à la constitution. On apprend aussi qu’aucune proposition n’a été faite pour approuver ou rejetter cette nomination lors de la réunion du conseil, ce dernier ayant été avisé de cette décision par le président de la BCA. De plus, aucune section de la constitution n’indique que les convocations doivent être émises par le président du conseil, avons-nous appris.
On s’accorde donc à dire que le document émis par le conseil serait falsifié et comporterait des inexactitudes sans mettre en évidence l’intégralité des décisions prises par l’exécutif de la BCA. Il nous revient également que Raj Gaya aurait déjà obtenu depuis plus d’une semaine la lettre officielle de sa nomination signée par le président de la BCA.