Les Internationaux de Maurice demeurent l’un des évènements phares du calendrier de l’Association mauricienne de Badminton (AMB). L’on était en droit d’espérer que les badistes locaux fassent montre de leurs arguments, mais force est de constater qu’ils ont encore du terrain à parcourir avant de pouvoir affronter les meilleurs. Indiens, Malaisiens, Italiens et Allemands se sont partagé les lauriers lors des différentes finales au Centre national à Rose-Hill, dimanche dernier.
La saison passée, nous avions eu droit à une razzia indienne, lesquels étaient victorieux en simple (hommes et dames) et double (hommes et mixte). Cette fois, seules les dames ont été à l’honneur avec la victoire de Shikha Gautam aux dépens de sa compatriote Anura Prabhu Desai, 21-8, 17-21 et 21-19. Gautam succède à Saili Rane au palmarès. Du côté masculin, l’Israélien Misha Zilberman, tête de série numéro 1, a été battu par le Malaisien Giap Chin Goh en deux sets, 21-19 et 21-14. En double messieurs, tous les espoirs étaient placés en la paire mauricienne composée d’Aatish Lubah et Julien Paul. Ces derniers, très complémentaires, étaient d’ailleurs les têtes de séries.
Encore une fois, cependant, c’est au mental que les Mauriciens ont pêché. Pourtant, les locaux avaient démarré la finale tambour battant en s’adjugeant le premier set, 21-13. Les Italiens Giovanni Toti/Fabio Caponio ont égalisé à 23-21, infligeant un coup psychologique au duo Lubah/Paul, qui n’allait plus se relever (défaire lors du set fatidique 16-21).
En double dames, c’est le tandem Hannah Pohl/Lisa Kaminski d’Allemagne qui a été sacré en prenant la mesure des Indiennes Prajakta Sawant/Sanyogita Ghorpade, 21-18, 22-20. En double mixte, Kate Foo Kune, associée à l’Allemand Jonathan Persson, a eu beaucoup de mal à entrer dans la finale, s’inclinant sur le score de 7-21 et 17-21 contre les finalistes de la précédente édition, Yogendran Krishnan et Prajakta Sawant.
Comme quoi, les locaux n’ont pas été en mesure de faire la différence et de se hisser au niveau escompté. Kate Foo Kune, championne d’Afrique en titre, figure de proue de la sélection nationale, n’a pas été à la hauteur des espoirs placés en elle, chutant en demi-finale simple dames. Tout laissait présager que la 79e joueuse mondiale allait tout au moins se frayer un passage jusqu’en finale. Mais il n’en fut rien, puisqu’elle n’a récolté que la médaille de bronze.
Chez les messieurs, Julien Paul (4), Aatish Lubah (5) et Christopher Paul (8) sont tous passés à la trappe d’entrée de jeu en simple. Le premier a cédé au premier tour en trois sets 21-13, 17-21 et 17-21 contre Fabio Caponio alors que son frère Christopher a été sorti par Persson 9-21 et 15-21. On s’attendait à ce que le duo Lubah/J.Paul rectifie le tir en finale double, en vain. Les deux autres médailles de bronze ont été récoltées en double hommes (Sahir Edoo/Gilles Allet) et double mixte (Sahir Edoo/Aurélie Allet).