Il a éclaboussé de tout son talent ses Internationaux de Maurice Juniors des moins de 19 ans. Impressionnant de qualité et de maîtrise, Alexandre Bongoût, 16 ans, a remporté la finale simple homme en prenant la mesure de son compatriote Melvin Appiah, dimanche dernier au Centre National de Badminton, à Rose-Hill.
Bongoût, réputé pour son attitude très calme, a fait valoir ses qualités en s’imposant face à son robuste rival sur le score 21-16 et 21-14. Désigné sportif le plus prometteur aux National Sports Awards de 2014 et 2015, Alexandre Bongout est déjà une référence parmi les jeunes de son âge. Élève au collège du St-Esprit, ce talent précoce avait comme objectif de remporter toutes les finales au programme. Mais malheureusement pour lui, il s’est contenté de la plus importante: celle du simple. « Je connais bien Melvin Appiah », a déclaré Alexandre Bongout. « C’est un joueur excellent. Entre nous deux, c’était très tactique. Dès le début de la première manche, j’ai attaqué mon adversaire sans répit et cela s’est avéré payant. Et lors de la deuxième manche, j’ai profité de ses fautes pour l’emporter. Je suis très content d’avoir remporté cette finale, car c’était l’un de mes objectifs ».
En effet, en double hommes, associé à Khabir Teeluck, Alexandre Bongout a été dominé par la paire Appiah/Tejraj Pultoo en trois manches. Après avoir perdu le premier manche, 14-21, les finalistes malheureux ont recollé au score (15-21) avant de perdre sur le score de 13-21. En double mixte, il a été sorti au stade des quarts de finale. Son association avec Shania Leung n’a hélas pas été en mesure d’atteindre le dernier carré de la compétition, se faisant battre par le tandem Pultoo/Sendila Mourat. « Je m’étais beaucoup entraîné pour le double, mais malheureusement nous n’avons pas été en mesure d’aller jusqu’au bout. Ce n’est que partie remise. Je dois continuer à travailler pour m’améliorer », a ajouté Alexandre Bongout.
C’est d’ailleurs le duo Appiah (Melvin-Vilina) qui a été sacré en double mixte contre Pultoo et Mourat, 21-18 et 21-17. Bongoût aura néanmoins volé la vedette lors de ces internationaux, lui qui était attendu au tournant et qui a prouvé qu’il était non seulement l’étoile montante du badminton local, mais aussi une valeur sûre. De bon augure pour les Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI), qui se tiendront sur le sol mauricien dans deux ans.
Le jeune Bongoût fait partie de la sélection mauricienne junior depuis quatre ans, et ce ne sont pas les titres qui manquent à son tableau de chasse. On se souvient qu’en 2014, aux Championnats d’Afrique des moins de 15 ans en Ouganda, il avait remporté la médaille d’or en double hommes et l’argent en simple, ainsi que dans le tournoi par équipe. Il a fait mieux en 2015 au Caire, avec deux médailles d’or, une en double hommes et une autre en tournoi par équipe et deux d’argent (simple hommes et double mixte).
Le prochain objectif d’Alexandre Bongoût demeure les Championnats d’Afrique des moins de 19 ans, l’an prochain au Nigeria. « Je veux ramener le maximum de médailles possible pour mon pays. J’ai également dans un coin de la tête une participation au Youth Olympic Games qui se tiendront à Buenos Aires (Argentine) en 2018. Cerise sur le gâteau, je ferai mon maximum pour faire partie de la sélection pour les prochains JIOI sur nos terres. Ce sont des échéances importantes dans ma progression », a-t-il confié.
L’autre Mauricien, Melvin Appiah, n’a pas également démérité, ayant été sacré en double homme et mixte. Chez les dames, le duo Vilina Appiah/Kritisha Mungrah, finaliste des Championnats d’Afrique U15 un peu plus tôt, a encore une fois courbé l’échine face aux Algériennes Halla Bouksani et Linda Mazri, 14-21 et 9-21. Ces dernières ont d’ailleurs disputé la finale simple dames. La victoire est revenue à Bouksani, qui s’est imposée en deux manches, 21-14 et 21-8.