La badiste Kate Foo Kune est désormais qualifiée pour les Jeux Olympiques prévus du 5 au 21 août à Rio au Brésil. La Mauricienne classée 64e mondiale à la Badminton World Federation (BWF) totalise pour l’heure 23,748 pts et devrait intégrer automatiquement le groupe de 38 joueuses retenues pour le simple dames avant la réallocation des places par quota en simple et double dames. Par contre, 32 places (16 paires) sont normalement disponibles dans chacune des épreuves de double.
Du côté de l’Association mauricienne de badminton, on avance que la qualification olympique est gagnée en attendant que la liste soit rendue officielle demain au plus tard. « Kate Foo Kune est qualifiée directement », assure Raj Gaya, vice-président de l’AMB. La badiste pourrait toutefois ne pas être la seule représentante du continent dans l’éventualité que ses deux plus proches rivales africaines au classement mondial, la Nigériane Grace Gabriel et l’Égyptienne Hadia Hosny, se voient attribuer elles aussi un ticket puisqu’elles occupent respectivement les 5e et 6e places sur la liste des réserves, a-t-il également indiqué.
Pour l’heure, Kate Foo Kune est la seule qualifiée africaine du simple dames par voie de qualification directe au classement mondial et de représentativité continentale. Elle se prépare actuellement pour la finale mondiale du tournoi par équipes féminines de l’Uber Cup prévue du 16 au 22 mai en Chine. Outre Kate Foo Kune, la sélection mauricienne sera représentée par Nicki Cham Lam, Yeldy Louison et la junior Shania Leung. Ces dernières se déplaceront le 12 courant accompagnées du team manager de l’équipe, Jonathan Li Ying, également trésorier de l’AMB. Kate Foo Kune (France) et Nicki Cham Lam (Angleterre) rallieront la Chine directement d’Europe. L’équipe mauricienne sera de retour le 20 mai.    
Le mois d’avril a été décisif à bien des égards pour la désignation de la liste définitive des qualifiés olympiques hommes et dames. Il a fallu attendre la tenue des divers championnats continentaux, soit pour la zone Europe qui se sont disputés du 28 avril au 1er mai en Vendée, France, pour l’Océanie (26-28 avril) à Tahiti, pour la zone panaméricaine (25-27 avril) au Brésil et enfin pour la zone Asie, de loin la plus relevée, tenus du 28 avril au 1er mai à Wuhan en Chine.         
La Chine, justement, qui a enlevé deux titres sur les cinq en jeu dans la zone Asie dimanche, est le seul pays à pouvoir remplir le maximum de places qui offertes par pays. Elle détient suffisamment d’atouts dans certaines épreuves, voire plus, pour s’assurer d’un quota maximum, bien que dans l’ensemble son effectif soit moins performant qu’il y a quatre ans à Londres. Il lui sera donc plus difficile cette fois de décrocher l’or dans chaque épreuve.
À l’inverse des précédents Jeux Olympiques, ceux de Rio offrent à chaque pays un maximum de deux entrées chacune en simple hommes et simple dames, pourvu que les deux joueurs soient classés dans le top 16 mondial hommes et dames. Autrement, ces places pourraient revenir au fur et à mesure aux joueurs figurant en bonne position sur la liste des réserves jusqu’à ce que les 38 places soient remplies.
Trois places dans chaque épreuve du simple sont aussi attribuées par la commission tripartite aux Comité nationaux olympiques qui sont éligibles, en sus des places allouées au pays organisateur. Par exemple, le Brésil a droit à une place dans chaque épreuve du simple en cas de non-qualification de ses joueurs par voie directe de classement mondial.