La sélection mauricienne de badminton arrivera demain au terme de sa préparation en vue des championnats d’Afrique juniors qui polariseront l’attention du 14 au 20 courant à Alger. Une préparation longue de neuf semaines qui a culminé avec un camp d’entraînement résidentiel d’une semaine à l’hôtel Monaco à Quatre-Bornes « pour batir l’esprit d’équipe et effectuer les derniers réglages » indique le DTN malaisien, Nantha Kumar Tarbadas. Pour lui, il ne fait pas de doute que « physiquement et mentalement les joueurs sont déjà prêts à relever le défi. »   
Les nouvelles sont plutôt bonnes à l’approche de l’événement. La sélection s’envolera le 12 avril en compagnie du coach et de Sachuda Veerasamy, membre de l’Association mauricienne de badminton. À première vue, elle a de quoi nourrir ses ambitions avec Aatish Lubah, Julien Paul et Aurélie Allet, les plus aguerris de la bande puisqu’ils comptent déjà une campagne africaine à leur actif, alors qu’Atul Kassi, Shaama Sandooyea et Rheeya Dookhee effectueront leur grande première.
« L’objectif est d’être au minimum en finale. Ils sont déjà en pic de forme, mais mon seul souci réside dans les blessures. Je ne peux pas trop les pousser, notamment Lubah (poignet et cheville), Allet (dos) et Kassi (genou). Mais la progression de l’équipe est assez évidente. La plupart d’entre eux sont passés de 40 à 50 % au début de leur préparation. Physiquement, ils sont prêts, techniquement bons, même s’ils sont encore en quête d’habilité, n’ayant pas encore complété leur programme », confie le technicien.
L’entraînement intensif débuta exactement le 1er février avec la condition physique qui a été maintenue pendant un mois. Puis les joueurs ont enchaîné quatre semaines d’entraînement technique couplée d’une semaine de séances tactiques. Un régime que le coach s’est évertué d’appliquer en tenant compte de la proximité de l’échéance.
« Le temps a fait défaut. Mais nous en avons tiré le maximum pour préparer au mieux l’équipe. C’est pourquoi on a voulu les regrouper à la fin de leur préparation pour qu’ils se concentrent premièrement sur l’événement, ensuite sur la technique, puis sur la condition physique axée vers le haut niveau. Et enfin sur l’esprit d’équipe. Ce stage prend fin deux jours avant le départ. Physiquement et mentalement, ils sont prêts. »
L’intensification des séances a réveillé par moment de vieilles blessures qui ont contraint le coach à alléger les charges d’entraînement durant ces derniers jours. Aurélie Allet revient de deux semaines de repos dû à une douleur au dos alors qu’Aatish Lubah souffre d’une inflammation au poignet. Quant à Atul Kassi, il a rejoint le groupe en mars et fait face à une douleur au genou. Par contre, Shaama Sandooyea est en pleine forme.
Reste qu’à Alger, les joueurs seront mis à l’épreuve. « Ils croient qu’ils peuvent concrétiser leurs ambitions et sont confiants. Ils se sentent forts physiquement et prêts pour la confrontation. Ce sera l’occasion pour moi de les tester après neuf semaines de préparation, de juger leur performance et de constater le genre d’erreurs qu’ils peuvent encore faire. Ce tournoi servira à les évaluer », insiste Nantha Kumar Tarbadas.
Pour ce dernier également, ce tournoi s’impose comme un premier challenge depuis son installation au poste de DTN en janvier. « C’est un gros défi pour moi vu que je ne connais rien du niveau africain. Je crois que l’équipe a toutes les chances de surmonter les demi-finales et d’arriver tout au moins en finale. Elle s’est bien entraînée physiquement, mais moins techniquement et tactiquement vu qu’elle n’a pas encore complété son programme. Mais les joueurs ont effectué neuf semaines de préparation de haut niveau », avoue-t-il.