Maurice a rendez-vous avec l’histoire ce soir à partir de 17h au centre national de badminton. Elle s’est qualifiée hier soir en disposant de l’Algérie (hommes) et de l’Ouganda (dames) sur le score de 3-0 lors du tournoi de qualification africaine des Thomas & Uber Cups. De ce fait, elle jouera son va-tout ce soir, surtout en masculin face à l’Afrique du Sud, alors qu’en féminin c’est l’Égypte qui aura la tâche de défier Kate Foo Kune et consorts.
Tout s’est passé comme prévu hier soir lors de l’étape décisive menant à la finale. Et on peut dire que la victoire mauricienne en masculin surtout était attendue telle une bouffée d’air frais dans la chaudière du gymnase de Rose-Hill après le revers très douloureux et inattendu subi la veille face à l’Afrique du Sud dans le dernier match de la poule A (5-0). Elle avait bien besoin de cette victoire pour retrouver toute sa confiance pour mener l’assaut final contre cette même équipe ce soir.
Et c’est l’Algérie qui en a fait les frais. « Dès l’instant où nous remporterons notre demi-finale, le moral n’en sera que plus haut. Cette défaite face à l’Afrique du Sud n’est pas vraiment importante », nous confiait Sahir Edoo à l’heure où Maurice menait 2-0 par l’entremise de Julien Paul et Aatish Lubah. Et dans le troisième simple hommes, Christopher Paul ne fit que parachever la victoire de son équipe en l’emportant 21-16, 21-16 face à Mohamed Belarbi.
Son frère Julien Paul retrouve le sourire et le moral. Revanchard il lance : « Notre défaite d’hier ? Elle n’est pas oubliée. Nous allons essayer de prendre notre revanche face à l’Afrique du Sud maintenant que nous sommes en finale. Cette défaite au fond nous a en quelque sorte boostés en vue de cette finale. Rien n’est impossible. Je ferai de mon mieux pour battre Maliekal pour lancer l’équipe. Hier, on a perdu les 2e et 3e simples en trois sets. Si on arrive à les arracher ce soir tout en misant sur un des deux matches de double hommes, la victoire sera nôtre. »
Il faut en effet espérer que cette équipe mauricienne fasse preuve d’audace, voire de culot pour renverser l’adversaire et décrocher sa qualification pour la phase finale des mondiaux masculins par équipes en Chine au mois de mai. Aatish Lubah attend lui aussi l’heure de la revanche.
« Cette défaite nous a permis d’étudier les points faibles de l’adversaire, car nous savions que la finale n’était pas loin. Finir 2e du groupe nous a fait jouer l’Algérie plutôt que le Ghana qui me paraît une équipe plus complète. Maintenant, on attend la finale. L’Afrique du Sud est forte, mais il est possible de la battre. Nous avons retrouvé ce soir (hier) notre confiance à 100 %. Demain soir (aujourd’hui), il faudra qu’elle soit à 200% et que nous soyons plus solides, solidaires et qu’on ne lâche rien. »
Le ton est donc donné en vue de cette finale, d’autant qu’hier l’Afrique du Sud a concédé un match au Ghana, qui l’a forcée à disputer le premier double hommes avant de s’incliner 1-3.
Chris Dednam, le coach de l’équipe sud-africaine reste lui sur ses gardes.
« Il n’est jamais facile d’être en finale et la remporter l’est bien moins car tous les pays du continent ont progressé. Les matches sont très chauds mais nous sommes en finale et maintenant l’objectif c’est la victoire. Celle contre Maurice en phase de groupe nous rend plus forts mentalement en sachant que nous l’avons déjà battue jeudi. But everything can happen and we can’t take it easy. Mais peu importe, ce soir ce sera tout sauf facile. »
Hier soir toujours, la victoire de l’Égypte 3-0 en féminin face au Ghana n’a pas surpris dans la mesure où elle était de loin la favorite du groupe A, tout comme Maurice l’était dans le groupe B. Donc, la finale Maurice/Égypte ce soir était la meilleure affiche que pouvait proposer le tournoi féminin en l’absence du Nigeria et de l’Afrique du Sud. Hadia Hosny, qui est la plaque tournante de cette équipe du Caire, s’attend à un match très intense et surtout à « une victoire. » « Nous sommes prêtes et nous ferons du mieux possible pour gagner après avoir fini 2es derrière l’Afrique du Sud en 2010 en Ouganda. »
En fait ce soir, Maurice n’a plus rien à perdre en masculin, mais a tout à gagner en féminin. On laissera le mot de la fin au coach de l’équipe mauricienne, l’Indonésien Annas Jauhari. « Nous voulions cette revanche en masculin et l’équipe doit rester concentrée tant que ce n’est pas fini. Elle va se battre jusqu’à la fin en oubliant la défaite de jeudi. Chez les filles, elles ont jusqu’ici prouvé qu’elles voulaient gagner en abordant chaque match comme une finale. Face à l’Égype, ce sera dur, mais nous sommes confiants. »