Passation des pouvoirs lors de la première réunion du nouveau comité exécutif de l’Association mauricienne de badminton tenue hier soir à Rose-Hill. C’est l’ancien trésorier Bashir Mungroo qui a succédé à Raj Gaya à la présidence à la suite d’une proposition faite en ce sens par ce dernier et soutenue par le nouveau secrétaire général, Rajen Pultoo, et approuvée à l’unanimité. Raj Gaya a été conduit au poste de vice-président et sera celui qui représentera l’association à l’assemblée générale élective du Comité olympique mauricien (COM) le 14 mars prochain.
« C’est évidemment une très grande joie d’être conduit à ce poste. Tout s’est passé sans la moindre contestation et dans le calme. Mais c’est maintenant que tout commence car c’est une responsabilité très challenging. Il s’agit de poursuivre les actions de mon prédécesseur pour faire avancer la cause du badminton et rehausser l’image de la discipline dans la région africaine. Le travail avait déjà commencé avec Raj Gaya et nous allons le poursuivre avec lui en tant que vice-président », a d’emblée réagi le nouveau président.
Le poste de trésorier a été confié à Jonathan Li Ying (R. du Remp), qui l’avait déjà assumé dans le passé. Il aura pour assistant Aktar Gohubur (Sav), tandis que José Sookanah (Q-B) est le nouveau assistant-secrétaire. Mahen Ramroop (R. du Remp), Roop Gopal (Vac), Madhaven Yagambrum (PL), Sachuda Veerasamy (Riv. Noire) et Neerunjun Nundah (Flacq) complètent l’exécutif en tant que membres.
Bashir Mungroo, 54 ans, Sales Manager à Soap and Allied Industries Ltd, avoue que sa priorité pour l’heure est de suivre avec intérêt l’entraînement de l’équipe nationale placée sous la garde du nouveau DTN, le Malaisien Nantho Kumar Tarbadas. « C’est une étape très importante en vue des championnats d’Afrique prévus en août à Maurice (12 au 19) où l’objectif sera de monter sur la plus haute marche du podium. Puis il y aura les Jeux des îles en 2015 pour lesquels la préparation doit déjà commencer afin d’être à la hauteur et faire mieux qu’en 2011 à Mahé », confie-t-il.
Pour sa part, Raja Gaya estime avoir assumé pleinement ses fonctions durant ces quatre dernières années. D’un regard en arrière, il constate qu’« après des remous, je crois que le calme est revenu durant mon mandat. Le badminton a retrouvé sa place sur la scène africaine, tout au moins au niveau des jeunes. Nous avons également accueilli un nouveau DTN depuis décembre après deux tentatives infructueuses. Nous espérons avoir fait, cette fois, le bon choix. Honnêtement, nous avons toujours entretenu de bonnes relations avec le MJS, le COM et depuis quelques temps déjà avec le TFES. »
Il estime également que « l’image que nous avons dans le public est bien meilleure et les décisions que nous prenons au sein de l’exécutif sont approuvées plus facilement qu’auparavant. Notre calendrier d’activités a toujours été respecté. Mais ma seule déception a été de n’avoir pas réussi à lancer les 20 écoles de badminton autour de Maurice. Mais c’est quand même un projet qui a déjà débuté et qui fonctionne notamment depuis 2009 à Rose-Hill avec environ 300 enfants, à Quatre-Bornes avec 70 et environ 60 à Vacoas. L’ouverture d’un pôle jeunes avec le TFES à Rivière-du-Rempart et dans le sud constitue une nouveauté, tout comme la tenue des championnats régionaux à Quatre-Bornes, Vacoas, Port-Louis, Rose-Hill et Rivière-du-Rempart. »
S’agissant de son rôle à l’assemblée générale du COM le 14 mars, Raj Gaya rappelle qu’il s’agira que sa mission sera surtout « de voir what is best for badminton et pour le sport en général. Il faut reconnaître que le sport en général n’est pas au mieux à Maurice. Le problème va au-delà d’une ou deux disciplines. Il émane d’un ensemble de choses qu’il faut améliorer. »