Arrivé jeudi dernier d’Indonésie, le nouveau directeur technique national de badminton, Annas Jauhari, n’a pas tardé à se mettre au boulot. Il a rencontré le même jour les badistes de l’équipe nationale et a conduit une séance complète samedi. Mardi, il a également eu une rencontre avec le ministre de tutelle pour passer en revue la préparation en vue des Jeux des îles prévus dans moins de trois mois à La Réunion (1er-9 août).
Âgé de 29 ans et ayant déjà entraîné des joueurs professionnels en Suède, Jauhari a signé pour une année renouvelable, « car les résultats n’arrivent pas du jour au lendemain en badminton. Il faut compter un ou deux ans au moins pour voir des signes de progrès. Il faut être patient, avoir une bonne attitude et rester positif », explique-t-il, et de constater qu’ « ici il existe des joueurs qui ont le potentiel d’aller au-delà du niveau africain, voire jusqu’au niveau mondial ».
Adolescent, Annas Jauhari a passé sept ans en Suède où il évolua au niveau junior et a participé à des tournois en Europe. Mais cela fait huit ans environ qu’il a commencé à exercer à la fois comme coach et sparring-partner. « J’ai également entraîné en Thaïlande et en Inde où je m’occupais de l’équipe nationale juniors. J’ai aussi entraîné des joueurs français. Maintenant que j’ai raccroché, je continue à entraîner uniquement », confie-t-il.
L’Indonésien se dit confiant de pouvoir aider l’équipe à relever le défi dans quelques semaines aux Jeux des îles. « Le ministre et moi avons parlé de la préparation de l’équipe. Il m’a déclaré que l’objectif est de remporter toutes les médailles d’or en jeu. Je crois que c’est possible et je ferai de mon mieux pour l’atteindre. Mais il faut poursuivre les efforts et respecter le plan d’entraînement que j’ai établi. Car tout dépendra des joueurs. Je veux qu’ils s’entraînent dur ». En 2011 à Mahé, Maurice avait dû se contenter de trois médailles d’or sur les sept en jeu. La pire moisson de son histoire.
Ces deux prochains mois s’annoncent donc déterminants. Le technicien annonce que l’équipe nationale poursuivra en partie sa préparation durant trois semaines en Indonésie de fin juin jusqu’en juillet « afin d’augmenter les performances et le niveau à travers des test-matches contre les meilleurs sparring-partners qu’on peut trouver là-bas ». Après quoi, elle rentrera une semaine avant les Jeux pour s’affûter.
Bien qu’il ne connaisse pas grand-chose du niveau des autres îles de l’océan Indien, il avoue avoir entendu parler de deux joueurs des Maldives qui ont un bon niveau en simple hommes. Mais il croit aussi que « les joueurs d’ici ont le potentiel d’évoluer au-dessus ». Annas Jauhari attend pour l’heure de voir évoluer prochainement les deux expatriées Kate Foo Kune (France) et Nicki Suan Im Chan Lam (Angleterre) lors des Internationaux de Maurice prévus du 11 au 14 juin. Ceux qu’ils entraînent sur place matin et soir seront en action du 28 au 31 mai dans un tournoi national Open.