La préparation des badistes va s’intensifier dès la semaine prochaine pour passer à dix séances en vue d’aborder au mieux la phase qualificative africaine des championnats du monde par équipes hommes (Thomas Cup) et dames (Uber Cup), prévue du 15 au 19 février au centre national d’entraînement à Rose-Hill. À plus de deux semaines de cet événement, la sélection mauricienne est quasiment connue.
Si la même ossature que l’équipe des derniers Jeux des îles a été maintenue, on constate aussi l’intégration des juniors Alexandre Bongoût et Shania Leung, qualifiés de « très prometteurs » selon Raj Gaya, vice-président l’Association mauricienne de badminton (AMB). Si Bongoût s’était distingué fin novembre-début décembre en Afrique du Sud aux championnats d’Afrique scolaires par équipes en atteignant la finale, la championne nationale U17 Shania Leung aura quant à elle pris la mesure de Kobita Dookhee lors du tournoi de classement national disputé de lundi à samedi derniers.
Reste que Maurice devrait aligner lors de ce tournoi ses meilleurs atouts chez les hommes, à savoir Julien Paul, Aatish Lubah, Christopher Paul, Kiran Baboolall, qui effectue son retour en sélection, et Sahir Edoo, qui sera un renfort de choix en double hommes. En féminin, où Maurice détient plus de chances de passer la rampe, Yeldy Louison et Shama Aboobakar compléteront le quatuor aux côtés des expatriées Kate Foo Kune (France) et Nicki Suan Im Lam (Angleterre).
« Nos chances sont bien réelles chez les filles. Il faudra principalement faire face au challenge des Égyptiennes plutôt qu’à celui des Sud-Africaines, qui apparaissent à ce stade moins redoutables. Mais en masculin, rien n’est impossible », estime Raj Gaya. L’équipe féminine sud-africaine serait effectivement moins bien armée cette année pour créer la surprise, à l’inverse de son équipe masculine, qui sera la favorite pour la qualification.
Pour rappel, cet événement d’envergure sera doublé d’un autre tournoi non moins relevé qui le précédera, les Internationaux de Rose-Hill, inscrits du 11 au 14 février au même endroit et qui comptera pour la qualification olympique. Mais il se déroulera sans Kate Foo Kune et Nicki Suam Im Lam, la première étant engagée depuis hier et ce, jusqu’à dimanche à un autre tournoi en Islande, où elle aurait plus de points à récolter en vue d’une qualification pour Rio 2016.
Par contre, Nicki Suam Im Lam n’a pu se libérer de ses obligations professionnelles. Selon Raja Gaya, Kate Foo Kune soigne actuellement « une blessure sans gravité », mais assure qu’ « elle sera d’ici à la mi-février en pleine forme ».