Une réunion d’explication s’est tenue samedi dernier au centre national de badminton à Rose-Hill autour de la mise en place des entraînements nationaux des jeunes et de l’élite nationale, ainsi que des conditions qui s’y rattachent. Elle a réuni les joueurs juniors et leurs parents, de même que les joueurs adultes et le président de l’Association mauricienne de badminton, Raj Gaya.
Les séances d’entraînement seront assurées par le nouveau DTN, le Malaisien Nantha Kumar Tarbadas, et il s’agit de bien situer le rôle et les responsabilités de tout un chacun, soutient le président. « On leur a expliqué la philosophie derrière tout ce qui est lié à l’entraînement national. Il faut être sérieux. Il a été convenu que ceux qui ne progressent pas devront faire la place aux autres. On a également défini la responsabilité des parents, car si un joueur ne progresse pas, il ne pourra être maintenu dans les structures nationales », explique Raj Gaya.  
Cette réunion d’explication s’est déroulée en deux parties. La première réunissant les jeunes en présence de leurs parents et l’autre les joueurs seniors. S’agissant de ces derniers, il a été convenu que certains de ceux qui font partie de l’ancienne garde mais qu’on peut encore qualifier de joueurs valables au niveau national serviront de sparring-partners aux plus jeunes, à l’image de Stephan Beeharry et Vishal Sawaram, entre autres. Par contre, le retour de l’ancien n°1 national Sahir Edoo pourrait se concrétiser. Une opération délicate aux ligaments du genou l’avait tenu loin des courts pendant plus de deux années. « S’il est guéri complètement, il devrait reprendre l’entraînement probablement en vue des prochains championnats d’Afrique (12 au 19 août) à Maurice », souligne Raj Gaya.  
Par ailleurs, le président de l’AMB et les officiers du ministère de la Jeunesse et des Sports ont eu une réunion au centre national lundi après-midi pour finaliser les termes du contrat d’embauche du nouveau DTN. Ils devaient également discuter du budget 2013 alloué à l’AMB. Il nous revient que les salaires du DTN devraient être  puisés du budget annuel de l’association qui s’élève à Rs 1,7 million et non d’un budget séparé. Ce qui laisserait à l’association des moyens limités pour soutenir ses actions et autres déplacements de ses joueurs à l’étranger, par exemple, dans le cas des championnats d’Afrique juniors prévus en avril en Algérie.
De plus, la somme restante devraient principalement servir à l’achat de volants pour lequel une somme d’environ Rs 800 000 devra être déboursée, estime-t-on dans le giron.