D’emblée, Julien Paul fait ressortir qu’il ne prend aucun match à la légère peu importe la compétition « Je les prends tous comme des finales.» Il l’atteint d’ailleurs en étant impressionnant de par son sang froid, sa souplesse et sa force de frappe. En demi-finale du simple homme, il a éliminé le Sud-Africain Prakash Vijayanath en deux sets 21-6, 21-13.
« Dans le premier set, je suis bien entré dans mon match. J’ai proposé un jeu offensif et agressif. Je lui ai imposé mon rythme. Ce qui m’a permis très vite d’avoir une avance considérable pour aller remporter le premier set sans trop de difficulté », nous explique-t-il. Dominateur, il a constamment mis son adversaire sous pression.
Ce qui oblige ce dernier de changer de tactique pour tenter de revenir dans la partie dans le deuxième set.  Et cela finit par payer. Trois jeux à zéro, Julien Paul est mené pour la première fois dans ce match et se voit dans l’obligation de changer ses méthodes lui aussi. Et après quelques échanges et quelques smashes puissants, il arrive à égaliser avant de prendre l’avantage.
Mais le Sud-Africain ne lâche rien et résiste au Mauricien en multipliant ses efforts. Mais sous la fatigue, il finit par craquer. Il commet beaucoup de fautes ce qui permet à Julien Paul de filer jusqu’à la balle de match. «J’ai gardé mon calme et gérer mon avance tranquillement. Avec le soutien du public, j’ai pu remporter une très belle victoire», avance-t-il avant d’ajouter qu’il ne pensait pas pouvoir atteindre la finale. Maintenant que c’est chose faite, il affrontera nul autre que son ami Aatish Lubah pour le sacre.
Tout comme Paul, Lubah a également brillé durant son parcours.  D’ailleurs, il s’est même permis le luxe de battre l’Ougandais, Edwin Ekiring, tête de série numéro 1 en quarts de finale en trois sets (20-22, 21-19, 24-22). « C’était un match intense contre l’un des meilleurs présents à cette compétition. À la fin de mon duel contre Ekiring, j’étais très fatigué, mais aussi très motivé pour la suite », déclare-t-il.  Opposé à l’Algérien Adel Hamek en demi-finale, le Mauricien a profité de son bon dynamisme pour s’imposer 21-16, 21-14.  Le finaliste, visiblement heureux, ne cache pas son enthousiasme à l’idée d’affronter  Julien Paul pour la finale. « Ce duel 100% mauricien sera exceptionnel entre moi et Julien. On fera preuve de fair-play. Que le meilleur gagne », conclut-il.
Par ailleurs en simple dame, la Mauricienne Aurélie Allet, après avoir pu se frayer un chemin jusqu’en demies, n’a malheureusement pas pu continuer son aventure dans la compétition. Elle s’est inclinée 21-9, 21-13 contre plus forte qu’elle, à savoir la Sud-Africaine Johanita Scholtz. Cette dernière en découdra avec  l’Ougandaise Bridget Bangui, vainqueur, elle, de Daisy Nakalyango (21-13, 21-13) pour la médaille d’or.
Pas le temps de chômer pour les badistes qui, après cette compétition, attaquent les championnats d’Afrique qui se tiendront sur quatre jours, à savoir de mardi à vendredi (10h-17h) toujours au centre national de badminton à Rose-Hill. D’ailleurs, après les finales des Internationaux de Rose-Hill à 9h30, aura lieu la cérémonie d’ouverture de ces championnats d’Afrique.