Le dossier d’Iframac, avec 298 employés à redéployer et le suspense autour de la représentation des franchises de Mercedes-Benz, Mitsubishi et Peugeot, est resté un os dur à avaler dans le cadre de l’Expression of Interests des Special Administrators. Une des dernières solutions envisagée, qui a été soumise à l’approbation des employés d’Iframac à la mi-journée, concerne un Employee Buy-Out avec le soutien de la National Property Fund Ltd et la National Insurance Co Ltd pour la reprise des avoirs en question et un Management Contract pour la gestion et la maintenance alloué. Cette formule s’apparentant à une compagnie « autogérée » par ses employés a été retenue dans un souci de préserver un maximum d’emplois. Du côté de Courts, les prochaines 24 heures s’annoncent cruciales avec le consortium David Isaacs et Courts Asia soumettant à 14 h aujourd’hui « the last refined bid » pour la reprise.
Depuis vendredi soir, les séances de travail au ministère des Services financiers à la SICOM Tower (ex-Gooljaury Tower) à Ébène se sont succédé quotidiennement et ce, jusqu’à fort tard la nuit. La réunion d’hier, qui a pris fin vers 21 h et était consacrée au dossier Iframac, a vu la participation des représentants de l’Iframac Employees Welfare Association et du négociateur syndical de la General Workers Federation (GWF), Ashok Subron. Une des propositions envisagées lors de ces échanges est présentée par le ministère des Services financiers comme un « business model hors de l’ordinaire avec pour but de traduire dans le concret le concept d’empowerment et de démocratisation de l’économie ».
Toutefois, le dernier mot reviendra aux employés d’Iframac, qui se sont réunis à la mi-journée pour prendre connaissance des éléments de ce « rescue package » et qui n’écartent pas la possibilité en dernier recours de réclamer une compensation pour rupture de contrat. La formule de reprise élaborée ne sera effective qu’avec le transfert des avoirs d’Iframac par les Special Administrators de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities à la National Insurance Company Limited et subséquemment à la National Property Fund Limited.