Les USD 71 millions (Rs 2,6 milliards) générés par la vente des 23,4% des actions du défunt groupe BAI au sein de la société Britam, au Kenya, suite au démantèlement de l’empire Rawat avec l’opération “Daylight Robbery”, sont dans les coffres de la National Property Fund Ltd (NPFL) depuis ce matin. Les dernières tractations pour la conversion de ce montant versé dans un “escrow account” par les repreneurs de Plum Partner ont été bouclées à la veille du début du repaiement des quelque 5 000 clients, victimes du Super Cash Back Gold du défunt conglomérat BAI. Ainsi, dès demain matin, sans aucun risque que les chèques émis ne soient “bounced back”, la National Property Fund Ltd entame la dernière partie du programme de repaiement aux clients avec des placements de plus de Rs 1 million. Cette étape franchie, le Special Administrator de la BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities, Yacoob Ramtoola, rouvrira le dossier des Rs 500 millions de “Financial Footprint” de Dawood Rawat dans la presse, avec la probable mise en liquidation de Yukondale Ltd et de Logandale Ltd, et des négociations pour la reprise des 40% d’actions au sein de la compagnie Media Metrix Ltd. Dans l’immédiat, des consultations ont été engagées avec une importante institution bancaire pour le “warehousing” de la Bramer House, à l’Ébène Cyber City, pour des recettes escomptées de Rs 1 milliard.
Des recoupements effectués auprès de sources concordantes soutiennent que les derniers obstacles pour la conversion en roupies des USD 71 millions transférés dans l’escrow account par Plum Partners du Kenya ont été franchis dans les dernières 24 heures. A un certain moment, des craintes avaient en effet subsisté à l’effet que les fonds ne soient pas disponibles avec le démarrage du programme de repaiement des clients ayant des investissements de plus de Rs 1 million. La vente des 23,4% d’actions de la BAI au sein de Britam Kenya est l’une des plus importantes opérations complétées avec l’écroulement de l’empire Rawat le 2 avril de l’année dernière suite à la révocation par la Banque de Maurice de la Banking Licence de la Bramer Banking Corporation Ltd.
Le remboursement des quelque 5 000 clients du Super Cash Back Gold – soit 50% en liquide, au lieu des 20% promis pour le 30 juin de cette année, et 50% en “redeemable shares” de la National Property Fund Ltd, avec échéance dans trois ans – s’échelonnera sur les prochains jours par ordre alphabétique, soit de demain jusqu’à samedi prochain. « Concerned policyholders will be contacted directly by phone to inform them the exact NIC branch they should visit to complete all relevant formalities and receive payment. No payment will be effected if the policyholder calls in at any other branch than the designated one », note un communiqué de la National Property Fund Ltd. Les filiales de la National Insurance Company concernées sont celles de Triolet, Goodlands, Rivière-du-Rempart, Port-Louis, Rose-Hill, Quatre-Bornes, Saint-Pierre, Flacq, Mahébourg, Rivière-des-Anguilles, Chemin-Grenier, Curepipe et Vacoas.
Des dispositions spéciales ont été prises pour les victimes du Super Cash Back Gold à Rodrigues avec l’ouverture d’un guichet spécial. En revanche, les “Share Certificates” pour les 50% seront mis à la poste incessamment. Toutefois, quelque 500 clients, avec des placements de l’ordre de Rs 3 milliards, ne bénéficieront pas de remboursements dans l’immédiat car leurs placements ont fait l’objet de “Dissemination Reports” par la Financial Intelligence Unit sous l’article 14 de la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act. Les concernés ont déjà été avertis par la National Property Fund Ltd à cet effet.
Avec la conclusion de cette étape, le Special Administrator de la BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities compte s’attaquer à un autre volet du mécanisme de détournement des placements des clients du Super Cash Back Gold, soit les quelque Rs 500 millions englouties dans le secteur de la presse à travers Yukondale Ltd, Logandale Ltd et Media Metrix. Dans les deux premiers cas, l’option de la mise en liquidation est de plus en plus privilégiée.
Par contre, pour Media Metrix, avec un actionnariat de 40% engagé par Dawood Rawat, qui ambitionnait de contrôler la presse écrite et audiovisuelle, le Special Administrator Yacoob Ramtoola compte solliciter des offres de rachat auprès d’éventuels repreneurs. Aucun autre détail n’a filtré à ce stade.
La “redacted version” du rapport de nTan Corporate Advisory Services Ltd de janvier dernier donne un aperçu des “dealings” à ce titre. « Yukondale was incorporated on 10 March 2006 with as sole shareholder and director. From 2006 to 2009, Yukondale was a holding company of other companies engaged in the printing business. From December 2009, Yukondale was also directly engaged in the printing business.In the period from July 2006 to March 2015, some Rs 360 million was provided by the BAI Group to Yukondale. In its financial statements for FY2013, Yukondale reported total liabilities exceeding total assets by some Rs 230 million », peut-on lire à la page 68 du rapport soumis à la Banque de Maurice, et rendu public depuis le 29 janvier.
Outre cette étape de recouvrement dans le secteur de la presse, le Special Administrator de la BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities a ouvert des négociations avec une institution financière pour le “wahehousing” de la Bramer House pour un montant de Rs 1 milliard en attendant la vente de cette propriété immobilière. Les discussions butent sur deux points majeurs, à savoir que le “Warehouser” aurait évalué cette propriété à seulement Rs 350 millions – alors que des propriétaires, comme sir Hamid Moollan, QC, et Iqbal Mallam Hasham, ont payé chacun un peu plus de Rs 100 millions pour l’acquisition d’un palier – et, ensuite, en raison des objections du régulateur contre cette initiative de la part de cette institution. La BAI Saga prend toujours de nouvelles proportions, et ce depuis le 2 avril 2015…