Quelque 115 jours après l’écroulement de l’empire Dawood Rawat, surévalué à Rs 35 milliards, le mystère plane toujours par rapport au trou sans fond que fut Yukondale Ltd, le pôle des médias. Les derniers Money Flows établis par les comptables et auditeurs travaillant sous la supervision des Special Administrators de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities, Mushtaq Oosman et Yogesh Basgeet, confirment que Media Metrix Ltd n’était nulle autre qu’une boîte postale pour canaliser des centaines de millions de roupies détournées du Super Cash Back Gold et du fonds d’assurance vers Yukondale Co Ltd. Des fonds de l’ordre de Rs 360 millions ont été identifiés ainsi alors qu’un précédent exercice de Debt Recollections avait estimé que des réclamations  Rs    358 056 033  devaient être logées auprès de Yukondale Co Ltd, société dont la mission avait été de propulser Dawood Rawat, décoré de la Légion d’Honneur de la République Française, en orbite médiatique. Au fur et à mesure que les enquêtes sur la BAI Mega-Financial Scam progressent, le détenteur d’un passeport français qui a trouve refuge à Paris, se met à collectionner des réclamations de la Mauritius Revenue Authority dans le cadre d’un exercice de redressement fiscal. À Maurice, l’incertitude continue à miner le personnel d’Iframac et de Courts principalement, car le choix des repreneurs se fait attendre.
L’axe Media Metrix Ltd/Yukondale Co. Ltd aurait permis à Dawood Rawat de bénéficier de fonds détournés de Rs 800 millions en sus des Technical/Management Fees et Advances en provenance d’autres entités du groupe BAI, jusqu’à un montant de l’ordre de Rs 6 milliards au cours de ces dernières années. En sus des réclamations de Rs 358,1 M sans compter les Rs 66,3 M à Media Metrix Ltd empochées par Ehshan Kodarbux, le patron du groupe Défi, les Special Administrators ont établi un autre important transfert de Rs 360M à Yukondale Co. Ltd. en transitant par Media Metrix Ltd.
Ces Rs 350 M ont été détournées de différentes sociétés du groupe BAI, dont Rs 197 M de BA Treasury Co Ltd, Rs 59 M de Bramser Services Group et également de la caisse d’Iframac, de BAI Co (Mtius) Ltd ou de BA Investment.
À ce stade, très peu de renseignements sont disponibles quant à l’utilisation de ces fonds par Yukondale Co Ltd, compagnie se trouvant hors du groupe BAI. La prochaine étape de l’enquête des Special Administrators devra déterminer si Yukondale Co Ltd était le porte-monnaie de Dawood Rawat pour satisfaire les lubies personnelles de celui-ci en matière de presse ou encore de contrôle au sein de GlobalCapital plc à Malte, société qui est propriétaire du château médiéval près de Rome en Italie.
Au cours des prochains jours, le Central CID devra être en mesure d’obtenir les premiers éléments de réponse au sujet d’autres acteurs de ce processus de détournements. Des demandes de Disclosure Orders sur des cas spécifiques ont été logées en Cour suprême au cours de la semaine écoulée. L’examen de ces transactions bancaires devra complémenter les Findings des experts-comptables avant la prochaine série de convocations pour interrogatoire Under Warning sur les différents deals conclus avec d’importants mouvements de fonds.
Convoitise
Indépendamment de l’évolution de la mission confiée aux Special Administrators et des enquêtes en cours, la Mauritius Revenue Authority est passée à l’offensive. Pour éviter que le redressement fiscal ne soit Time Barred au terme des dispositions de l’Income Tax Act, une première réclamation fiscale de Rs 56 716 432 a déjà été servie formellement à Dawood Rawat. Cet Income Tax Assessment porte sur un unique exercice financier alors que d’autres réclamations, sensiblement des  montants similaires, sont prévues pour au moins trois autres années. Ce qui pousse les spécialistes de l’Income Tax à avancer que le total des réclamations sous le BAI Mega-Financial Scam pourrait avoisiner les Rs 250 millions.
Le Chairman Emeritus, sollicitant l’intermédiaire de Brian Burns, l’époux de Laina Rawat, a saisi la Cour suprême d’une demande pour que le patrimoine familial de Floréal ne fasse pas l’objet de saisie de la part de la MRA. D’ailleurs, depuis quelque temps déjà, le domaine Rawat était l’objet de convoitise de la part des Special Administrators car Outstanding Mortgage Payments de Rs 57 111 948 sont dus sur cette propriété immobilière de grand luxe. Avec les premières réclamations fiscales et d’autres encore à venir, la MRA aura priorité sur tous les autres pour des inscriptions sur cette propriété immobilière de grand standing.
Inquiétude
Le revers de la médaille: les quelque 2 300 employés du défunt groupe BAI continuent à ronger leurs freins quant à leur avenir. Les 322 membres du personnel d’Iframac ont pris les devants en obtenant un renvoi de toute décision au sujet de la reprise de la société d’autant plus que la controverse des franchises de Mercedes-Benz, de Mitsubishi et de Peugeot perdure.
Les employés de Courts mettent en garde contre un retour du loup dans la bergerie par la porte de secours avec le choix de Courts Asia pour la reprise. “Il fait être aveugle pour ne pas voir ce qui se passe avec les contacts et les combinaisons des Rawat pour se retrouver en position de force au sein de la nouvelle société pour la relance de Courts aux dépens de David Isaacs. Nous avons appris que celui-ci a revu son offre. Tout ce que nous souhaitons c’est le retour de David Isaacs; au cas contraire, nou pou sappe dans pwalon pou tombe dan difé”, soutiennent des employés encore plus inquiets de leur avenir dans la conjoncture.
Le point positif de la semaine écoulée a été le ballon d’oxygène de Rs 44 M négocié par le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, auprès de trois banques commerciales, dont la State Bank of Mauritius, en vue de permettre aux entrepreneurs travaillant avec Courts de bénéficier des ressources financières nécessaires pour se maintenir à flot.