Le projet de rachat de la MauBank Ltd par des repreneurs indiens au coût de Rs 19 milliards fait l’objet de sévères critiques de la part de Suttyhudeo Tengur, président de l’Association pour la protection de l’environnement et des consommateurs (APEC). Dans une lettre ouverte aux membres de l’Assemblée nationale, il met en garde contre les « lobbies qui sont à l’oeuvre » en vue d’imposer cette décision dans le cadre de la recherche de fonds pour le remboursement des victimes du Super Cash Back Gold (SCBG) du défunt groupe BAI.
Commentant la prochaine visite en Inde du Premier ministre et ministre des Finances Pravind Jugnauth, pour solliciter l’assistance financière de la grande péninsule afin de régler le problème du SCBG et de la Bramer Assets Management Ltd, Suttyhudeo Tengur note que « des courtiers obscurs qui, nous dit-on, se trouvaient avec les grévistes de la faim, opèrent dans l’ombre en vue de pousser le gouvernement à adopter une nouvelle politique quant au remboursement des victimes de SCBG ». Poursuivant, le président de l’APEC ajoute : « Un “business plan” proposé est l’achat de la MauBank Ltd pour une valeur défiant toute logique, soit de Rs 19 milliards, alors que les avoirs de la banque se situent autour de pas plus de Rs 4 milliards. Selon ce plan, ce businessman entend récupérer cet investissement dans cinq ans. Une telle proposition fait sursauter quand on sait que, selon les derniers chiffres publiés, les quatre plus grosses banques commerciales mauriciennes ont réalisé des profits de seulement quelque Rs 12 milliards. »
Suttyhudeo Tengur fait ressortir que les conditions rattachées à ce deal sont que « toute l’aide financière indienne au gouvernement mauricien passe dorénavant par la MauBank ». Il ajoute : « En deuxième lieu, le plan propose que toutes les activités financières des Petites et moyennes entreprises soient faites à travers la MauBank. Et aussi que toutes les transactions financières de l’État soient canalisées à travers cette entité financière. »
En conclusion, l’APEC souligne : « D’aucuns se demandent si ce businessman n’est pas une nouvelle version des anciens propriétaires de la défunte Bramer Bank, dont la BAI était le principal actionnaire. Il nous revient toutefois que ce plan a été accueilli comme une douche froide dans les milieux du gouvernement, au point où ce plan a été carrément rejeté. Cependant, les lobbyistes n’ont pas baissé les bras. »
Toujours en ce qui concerne le recouvrement de fonds pour le repaiement des victimes du SCBG, les contributions obtenues par des partis politiques du groupe BAI reviennent à la surface sur les réseaux sociaux, avec des allégations que le MSM aurait bénéficié d’une somme variant entre Rs 19 millions et Rs 25 millions dans le temps du  conglomérat de Dawood Rawat…