Les habitants de Baie-du-Cap et des régions avoisinantes du sud bénéficient désormais d’un front de mer aménagé au coût total de Rs 29 millions. Cette infrastructure a été inaugurée hier par le ministre de l’Environnement Raj Dayal, qui a situé ces travaux dans le cadre des mesures d’adaptation au changement climatique.
« Suite à une étude commanditée en 2003 par mon ministère sur l’érosion côtière à Maurice, 20 sites prioritaires ont été examinés pour déterminer l’étendue de l’érosion côtière, comprenant l’étendue de la zone côtière de Baie-du-Cap », a expliqué le ministre Dayal à une forte assistance réunie sur ledit site lors de l’inauguration, qui a eu lieu hier.
En effet, a poursuivi l’orateur, suivant les recommandations du Rapport Baird de 2003, des travaux de réhabilitation des plages ont été menés sur des sites érodés prioritaires autour de Maurice : Flic-en-Flac, Grand-Baie, Pointe-aux-Sables, Belle-Mare, Mon-Choisy, Rivière-des-Galets, Trou-aux-Biches, Poudre d’Or, Quatre-Soeurs et Grande-Rivière-Sud-Est, entre autres. « Les travaux sont sur le point d’être complétés à Bain-Boeuf et d’autres se poursuivent au Morne, à La Preneuse et La Prairie », a précisé le ministre.
Raj Dayal a révélé que des photos aériennes démontrent que la plage de Baie-du-Cap a reculé de 20 à 30 mètres depuis la fin des années 60’. « La route côtière de Baie-du-Cap est exposée aux risques des marées, de tempêtes et de débordements. Et comme le site a des infrastructures publiques – parcs et routes – juste après son front de mer, un autre recul de la plage aurait un impact néfaste. Et cette situation se détériora avec les impacts du changement climatique, comme la montée du niveau de la mer, les tempêtes et autres catastrophes naturelles », a-t-il prévenu.
Le ministre a annoncé que ces travaux de protection côtière à Baie-du-Cap s’étendent sur 900 mètres, soit de l’actuelle jetée jusqu’à l’entrée du village de St-Martin. « C’est le premier du genre et des travaux similaires sont en cours à Bain-Boeuf », a-t-il indiqué. « Le projet a coûté Rs 29 millions et j’envisage des travaux similaires dans d’autres régions du littoral », a-t-il encore annoncé.
L’orateur a révélé que Maurice a bénéficié d’une aide de Rs 300 M de l’Adaptation Fund pour réaliser des projets d’adaptation au changement climatique dans le pays. Parmi ces projets, Raj Dayal a cité la mise sur place d’un système d’alerte précoce à la station météorologique de Vacoas et la construction d’un centre de refuge à Quatre-Soeurs, à l’est du pays. Le ministre a également cité la plantation de mangroves sur notre littoral.
« Ces travaux le long de nos côtes sont des exemples concrets de nos mesures d’adaptation, d’atténuation et de préparation aux impacts du changement climatique. Tout cela en rehaussant l’utilisation récréative de ces régions côtières par la population et les touristes », a expliqué Raj Dayal.