C’est à la NHDC de Baie-du-Tombeau, hier soir, que sir Anerood Jugnauth (SAJ) a bouclé la dernière semaine de la campagne électorale de l’Alliance Lepep. Après une semaine durant laquelle il a multiplié ses sorties, c’est dans la circonscription de son principal challenger, Navin Ramgoolam, que SAJ a pris la parole. Et ce, au même moment où l’Alliance de l’Unité et de la Modernité tenait son rassemblement un peu plus loin.
Ainsi, hier, c’était surtout le temps pour SAJ de rappeler à ceux qui étaient venus l’écouter sur le terrain de football de la localité qu’il était important de voter ce mercredi. « Ne pas voter est un acte irresponsable », a-t-il déclaré d’emblée. « Voter est un droit sacré sur lequel dépend votre avenir ». SAJ a expliqué qu’avec la dissolution du parlement, le pouvoir était entre les mains de la population et que celle-ci se doit de déléguer ce pouvoir.
« Il y a ceux qui disent qu’ils ne croient plus dans la politique et les politiciens. Ils disent que c’est pour cette raison qu’ils ne voteront pas. Mais en ce faisant, ils deviennent irresponsables. Ils n’ont pas le courage de faire face à la réalité et de prendre une décision dans leur intérêt et celui de la prochaine génération à venir. Dimounn bizin kone ki valer sa ena. C’est pour cela que vous devez savoir comment voter ».
Dans cette optique, SAJ a lancé un appel aux électeurs qui se rendront aux urnes ce mercredi. « Voter est votre devoir sacré. Vous devez voter le 10 décembre ». La population, a-t-il déclaré face à une petite foule, est appelée à faire un choix. « Ou bizin deside dan ki lame ou pou met ou destine ».
À ce sujet, SAJ a profité de l’occasion pour réitérer une fois de plus sa mise en garde contre les petits partis. En effet, depuis plusieurs semaines déjà, le leader de l’Alliance Lepep demande aux électeurs de ne pas voter pour les petits partis, qui ne disposent pas suffisamment de candidats pour former un gouvernement. « C’est pourquoi je dis que voter pour les petits partis reviendrait à un gaspillage de votes ! »
Il a rappelé qu’à la veille des suffrages, l’électorat a le choix entre deux alliances. « Une alliance entre un jouisseur et un traître, et une alliance créée pour travailler dans l’intérêt du peuple ». La dernière alliance, a dit SAJ, a pour mission « pou tir sa pei-la dan pouritir ki Navin Ramgoolam ek so rezim inn amenn li azordi ». Pour SAJ son principal challenger, le leader du PTr, n’a pas su gérer les différents secteur de l’économie du pays.
« Ek ou larzan Ramgoolam pe fer djalsa. Ek ou larzan li pe fer ce ki li oule. Ce n’est pas de cette manière qu’on administre l’argent public. J’ai toujours dit, même quand j’étais Premier ministre, qu’il fallait faire davantage attention à l’argent public, peut-être même plus qu’à son propre argent. Kan ou kone ki sa larzan-la pa pou ou, ou ena enn gran responsabilite. Mais quand nous constatons l’état dans lequel se trouve le pays et que si celui-ci perdure, nous connaîtrons une situation pire que 1982 ».
SAJ a également critiqué Navin Ramgoolam pour ses déclarations où il s’attribuerait le succès économique du pays ainsi qu’à sir Seewoosagur Ramgoolam. « À l’écouter, on dirait qu’entre l’époque de son père et lui, il y avait un vacuum ! Koumadir pa ti ena personn kinn diriz sa pei-la. Ce n’est que de l’hypocrisie et de la malhonnêteté. Ils veulent cacher la vérité, sinon, la population aurait fait des comparaisons. Mais la population n’est pas bête, elle sait qui est Navin Ramgoolam (…) Il dit qu’il est un rassembleur. Rassembleur alors qu’il fait des réunions pour différentes communautés ? »
SAJ, qui est revenu sur les raisons — empêcher l’avènement de la IIe République — de sa participation aux élections, a rappelé qu’il ne peut l’accomplir sans la population. « Je veux accomplir cette mission. Mais il faut que vous nous déléguiez ce pouvoir que vous avez entre vos mains, le 10, quand vous irez voter ». SAJ, qui a demandé à l’électorat du N°5 de voter bloc, lui a aussi demandé de venir en grand nombre au meeting de l’Alliance Lepep ce matin à Vacoas.