Le Premier ministre Navin Ramgoolam a fustigé « l’opposition qui dit des faussetés sur les investisseurs chinois ». Selon lui, ceci s’inscrit dans une démarche purement discriminatoire. Le Premier ministre intervenait à l’occasion de l’ouverture de la Chinese Culture House, à Baie-du-Tombeau. Il s’est longuement appesanti sur « les discriminations dont a été victime la communauté chinoise entre 1991 et 1995 ».
Le Premier ministre se dit reconnaissant envers ceux qui ont soutenu le gouvernement dans sa démarche d’inviter les investisseurs chinois à venir à Maurice. Il faisait référence au projet Jin Fei, lieu qui se trouve à proximité de la nouvelle Maison de la culture à Baie-du-Tombeau. Il avance que l’opposition, « assoiffé de pouvoir », débite des faussetés et mène une campagne contre le gouvernement en disant : « GM pe donn later sinoi ». « Ils sont même allés jusqu’en cour pour contester le projet », fustige-t-il. « Sa apel diskriminasyon », poursuit l’intervenant en estimant que l’Opposition ne se rend pas compte de l’importance de l’investissement étranger au développement d’un pays.
Il note que le gouvernement mise sur la « démocratisation de l’économie qui ne veut certainement pas dire, prendre aux riches pour donner aux pauvres mais donner l’opportunité à tout le monde de travailler et d’aspirer à une vie meilleure ». Pour lui, il faut être déterminé, patient et persévérant pour réussir. Concédant que de nombreux jeunes quittent le pays pour d’autres territoires, notamment au Canada, parce qu’ils estiment y avoir davantage d’opportunités, le Premier ministre les a exhorté de rester au pays. Pour lui, Maurice n’est pas le Canada certes, mais le gouvernement travaille d’arrache-pied pour leur offrir une île Maurice où chacun peut être partenaire du développement. Il cite dans ce sillage, la mise en place du Equal Opportunities Appeal Tribunal auprès duquel toute personne se sentant discriminée peut faire appel.